Image d’illustration d’un bus TCL. @WilliamPham

En Auvergne-Rhône-Alpes, les lycéens en milieu rural passent nettement plus de temps dans les transports que les jeunes urbains

L'Insee a mené une grande enquête auprès des jeunes ruraux dans la région Auvergne-Rhône-Alpes. Il en ressort que la durée de trajet des lycéens entre leur domicile et leur lieu d'études est nettement plus longue que pour ceux qui habitent en ville.

Il n'y a pas que les actifs lyonnais qui passent beaucoup de temps dans leur voiture ou dans les transports en commun pour rejoindre leur lieu de travail. Selon une enquête de l'Insee publiée le 18 janvier, les jeunes qui vivent en milieu rural en Auvergne-Rhône-Alpes voient également la durée de leur trajet entre domicile et lieu d'études s'allonger à mesure qu'ils grandissent.

Dans la région, un tiers des 683 000 jeunes de moins de 24 ans habitent en milieu rural. Dans le Rhône, l'un des départements parmi les plus urbanisés de France, cette proportion baisse à 9% (contre 68% en Haute-Loire par exemple). Dès que les jeunes atteignent l'âge de 18 ans, ils sont plus nombreux à partir habiter en ville. Logique, puisque les établissements de l'enseignement supérieur se situent très majoritairement dans les grands centres urbains. À 18 ans, seuls 24% des jeunes de la région habitent encore en milieu rural (contre 36% à l'âge de 17 ans).

Un lycéen en milieu rural met 20 minutes pour rejoindre son lycée, contre 12 minutes en ville

L'un des points négatifs pour les élèves des zones rurales est la durée plus longue de leur trajet entre leur domicile et leur lieu d'études. Selon l'Insee, les jeunes vivant à la campagne sont plus fréquemment scolarisés hors de leur commune de résidence que ceux habitant en zone urbaine. À mesure qu'ils grandissent, cet éloignement géographique entre leur domicile et leur lieu d'études s'accentue, tout comme l'inégalité avec les jeunes qui étudient en milieu urbain. Lors du passage au collège, entre 11 et 14 ans, la part d’enfants de zones rurales scolarisés hors de leur commune de résidence explose : 79 % des jeunes ruraux de cette tranche d'âge étudient dans un établissement situé hors de leur commune, contre seulement 33 % des jeunes urbains.

Lire aussi : Les syndicats du Rhône appellent à nouveau à la grève dans les écoles le 20 janvier

L’entrée au lycée accroît encore la part de jeunes ruraux scolarisés dans une autre commune que leur commune de résidence, augmentant de fait les disparités en termes d’accès au lycée entre
ruraux et urbains. Ainsi, la quasi-totalité des lycéens en zone rurale sont scolarisés hors de leur commune de résidence (95 %), contre plus de la moitié des jeunes urbains (55 %). Les distances à parcourir augmentent fortement dans le rural : la distance médiane est alors de 17 km pour les premiers, contre 8 km pour les seconds. En conséquence, le trajet des lycéens est également plus long : un temps médian de 20 minutes pour les jeunes vivants dans le rural, contre 12 minutes pour les jeunes qui vivent en zone urbaine. Une inégalité réelle à la vue des journées chargées des élèves en France.

 

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut