VTT-Electrique à la Plagne (©Pierre Augier)
Article payant

En Auvergne-Rhône-Alpes, le tourisme mise sur le local pour rebondir après le Covid

Après deux mois de confinement, les pertes se chiffrent en milliards d’euros pour le tourisme français. Véritable fleuron national comptant pour plus de 7 % du PIB, près de 9 % en Auvergne-Rhône-Alpes, le secteur va devoir se relancer. En s’adossant aux aides de l’État, mais aussi en se réinventant. Une relocalisation apparaît inévitable, pour une clientèle qui ne devrait pas franchir les frontières du territoire national cet été.

Les professionnels du tourisme ont le moral en berne. La crise est aussi grave que le secteur important pour la première destination touristique au monde, et ses 90 millions de visiteurs en 2018. Le tourisme représente 7,4 % du PIB national, 8,7 % en Auvergne-Rhône-Alpes, deuxième région la plus visitée. Rien que pour le mois d’avril, il devrait être amputé de 10 milliards d’euros, selon le cabinet Protourisme. La tendance est planétaire, avec une chute annoncée sur l’année 2020 de 20 % à 30 % des touristes étrangers dans le monde, d’après l’OMT. Un effondrement historique. Bien plus vertigineux que la chute consécutive à la crise financière de 2008 (-4 %) ou le repli qui avait suivi l’épidémie de SRAS de 2003 (-0,3 %). L’Europe sera la plus touchée, en recul de 46 %, selon ces mêmes prévisions. Dans la capitale des Gaules, le trafic aérien a déjà chuté de 20,7 % au premier trimestre 2020 pour le transport de passagers, "de manière assez marquée à partir de février", précise la communication des aéroports de Lyon. Les avions rapatrient surtout des Lyonnais de l’étranger, alors que les tour-opérateurs ont reporté tous les départs jusqu’au 12 juin.
"Au 15 mars, nous étions en avance sur les prévisions de fréquentation"

Il vous reste 80 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

Faire défiler vers le haut