En attendant Sarko

Il vient présenter son " Plan Banlieues ". Le résultat de sept mois de concertation menée par Fadela Amara, 35 000 participants et 300 réunions territoriales. Vaulx-en-Velin ne veut pas se retrouver simple décor d'une opération de communication présidentielle, et refuse de participer à la stigmatisation des banlieues " Nos villes sont des territoires de souffrance pas des territoire de barbarie " clame le maire Maurice Charrier. Samedi 5 janvier, il réunissait 50 responsables associatifs de la ville pour préparer cette visite présidentielle " Vaulx-en-Velin veut faire entendre sa voix " : montrer aussi les réussites, présenter les banlieues comme des " lieux " où se trouvent les solutions et pas seulement des problèmes. Les participants ont ouvert cinq thèmes de travail : la santé, l'emploi et la précarité, le logement, le pouvoir d'achat, les réussites. D'ici le 22, ils se proposent de travailler en ateliers pour préparer un message fort à soumettre au président. Ils se promettent d'assurer le suivi critique après l'annonce du plan Banlieues. Depuis la création d'un Ministère de la Ville en 1990, suite aux émeutes de Vaulx-en Velin, dix-neuf ministres de la Ville se sont succédés. Des plans Banlieues ont suvi de nouvelles politiques de la ville sans que rien ne change au fond.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut