Emeutes urbaines : un an après le 21 octobre, 35 plaintes courent toujours

Il y a un an, en plein conflit sur les retraites ; les forces de l'ordre bouclaient la place Bellecour et 300 personnes durant six longues heures. Mesure préventive pour les uns, répressive pour les autres. Trente-cinq plaignants demandent aujourd'hui au doyen des juges d'instruction du Tribunal de Grande Instance de Lyon d'ouvrir une enquête. Un juge d'instruction devrait être nommé.

Il y a de grandes chances pour que leur démarche aboutisse. Trente-cinq plaignants soutenus par le collectif du 21 octobre, ont écrit, le 21 juillet dernier, au doyen des juges d'instruction du tribunal de grande instance de Lyon. Ils lui ont demandé d'ouvrir une information judiciaire sur les faits qui se sont déroulés à Lyon le 21 octobre 2010. "La demande a été prise en compte et un juge d'instruction devrait être nommé prochainement", estime Bertrand Sayn, l'avocat chargé du dossier.

15 plaignants individuels et 30 organisations parmi lesquelles l'UNEF, L'union nationale Lycéenne, la FCPE du Rhône, la LDH Rhône et d'autres ont mandaté Bertrand Sayn pour attaquer les autorités publiques en justice. Pour rappel, le 21 octobre 2010, après deux jours et demi d'émeutes au centre ville de Lyon, en marge des manifestations contre la réforme des retraites, les forces de l'ordre encerclent la place Bellecour. Un cordon de CRS prend au piège les émeutiers, opération efficace qui ramènera le calme, mais aussi, et c'est là que l'opération pose problème : une majorité de manifestants pacifistes venus protester contre l'allongement de la durée de cotisation.

Une atteinte aux libertés individuelles

Ce jeudi là 300 personnes environ passent six heures enfermés à ciel ouvert place Bellecour, avant que les policiers ne procèdent à une vérification systématique de leur identité et, sur ordre de leur hiérarchie, qu'ils les prennent en photo pour un fichage "temporaire" assurent les autorités. Ils ne pourront jamais participer à la manifestation à laquelle ils voulaient se joindre, manifestation pourtant déposée et autorisée par la préfecture "avec comme point de départ la place Bellecour", assurent les organisations syndicales.

Depuis les témoignages ont été collectés par le collectif du 21 octobre. Durant l'après-midi, les manifestants raconte comment les forces de l'ordre ont "exfiltré au faciès" certains manifestants, usant de réflexion racistes à l'encontre des émeutiers présumés. Ils portent plainte pour "discrimination" et "atteintes arbitraires aux libertés individuelles", c'est-à-dire à la liberté de manifester et à celle d'aller et venir. Le défenseur des Droits et la CNIL sont sur le point d'être saisis. En vue d'un procès éventuel, ils se constituent également partie civile.

"Nous irons jusqu'au bout parce que certains jeunes ont été traumatisés par cet après-midi de contrôle policier. Les plus émotifs ont craqué et les filles ne pouvaient même pas aller aux toilettes. Pour certains c'était leur première manifestation. Ils ont été très marqués", insiste Emmanuelle Yanni, militante NPA membre du Collectif du 21 octobre.

Le collectif organise par ailleurs ce samedi 22 octobre, en mémoire des événements survenus il y a un an, une conférence-débat avec l'avocat italien Gilberto Pagani, une magistrate, vice-présidente de la Ligue des Droits de l'Homme, Evelyne Sire-Marin et Bertrand Sayn, l'avocat du collectif et des plaignants du 21 octobre, à la Bourse du travail à Lyon 3e.

à lire également
Laurent Wauquiez au 20H de France 2 le 16/04/18
Laurent Wauquiez était l'invité du 20h de France 2 ce lundi. Le président du conseil régional d'Auvergne-Rhône-Alpes a réagi à l'interview d'Emmanuel Macron en critiquant sa stratégie en Syrie et sa politique à destination des retraités.
4 commentaires
  1. Bluegrass Gone - 22 octobre 2011

    Des manifestants cassent tout, et un an plus tard c'est la police qui est trainée en justice.Merci aux policiers qui ont limité la casse en bloquant ces manifestants, parmi lesquels il y avait des casseurs. Et aussi sûrement de braves gens bien intentionnés mais aveuglés par les discours de la gauche dépensière.

  2. valou - 24 octobre 2011

    On parle ici de manifestants pas de casseurs... La police n'as pas le droit d'être hors-la-loi un point c'est tout et même sous prétexte qu'une centaine cassait tout ça ne justifie en aucun cas cette opération. Ne laissez pas votre idéologie politique vous aveugler vous non plus!

  3. Tryph - 25 octobre 2011

    une petite précision qui a quand même son importance: durant les 6 heures d'enfermement illégal, les force de 'l'ordre' ne se sont pas contentées de rester passives. ils en ont profité pour balancer du gaz et des tirs de flash ball en masse et il ont fini par rassembler tout le monde au canon à eau histoire de s'amuser un peu sans doute. j'espère que cette plainte ira jusqu'au bout et que les responsables, dont le préfet très certainement, seront condamnés comme il se doit.

  4. populiste - 25 octobre 2011

    Pour ne pas être 'marqué à vie'il suffit de ne pas écouter la goche pensante...et de ne pas manifester pour rien. Bonne nuit monsieur Tryph.....

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut