Légende : Lauret Wauquiez et François-Xavier Bellamy tenaient le dernier grand meeting de Républicains, mardi 21 mai, à l’Astroballe de Villeurbanne © Ludovic Séré

Élections européennes : dernière ligne droite pour Les Républicains à Lyon

Laurent Wauquiez et François-Xavier Bellamy tenaient hier soir, mardi 21 mai, le dernier grand meeting de la campagne des Républicains avant le scrutin européen de dimanche dans la salle de l’Astroballe, à Villeurbanne.

Crise, perte de terrain sur le plan économique, menace terroriste, islamisme ...” Le ton de la soirée était donné dès la diffusion du clip de campagne des Républicains hier soir, mardi 21 mai, dans la salle de l’Astroballe de Villeurbanne. François-Xavier Bellamy, tête de liste des Républicains aux élections européennes, et Laurent Wauquiez, président du parti, tenaient le dernier grand meeting de cette campagne en présence notamment de Hervé Morin, président des Centristes, et de Philippe Meunier, 21e sur la liste et vice-président du conseil régional Auvergne-Rhône-Alpes.

Civilisation, “oubliés” et écologie

Les différents acteurs passés sur l’estrade, au centre de la salle en déroulé la partition habituelle des Républicains : la lutte contre la GPA et “la marchandisation du corps humain”, défense de la “civilisation européenne” menacée par “l’islamisme radical” et la “crise migratoire qui n’a pas encore commencé”. Laurent Wauquiez s’est aussi affiché comme le défenseur des agriculteurs, ces “oubliés”, qui subissent “des normes toujours plus compliquées et des contrôles toujours plus drastiques” quand des pays “qui ne respectent en rien ces normes importent en France et vendent leurs produits moins cher”.

François-Xavier Bellamy a aussi affirmé vouloir “réconcilier économie et écologie”. La tête de liste des Républicains a affiché le souhait de “retrouver un monde habitable” en mettant en place une “barrière écologique à l’entrée du marché commun”. 

Macron et Le Pen, cibles privilégiées

Alors que Hervé Morin a moqué Emmanuel Macron, “qui fait de cette élection un débat personnel”, les discours de Laurent Wauquiez et de François-Xavier Bellamy ont dans le même temps longuement égratigné le parti présidentiel. Le président de la région Auvergne-Rhône-Alpes a pointé du doigt la République en Marche, parti qui “nie la culture française et confond le voile islamique avec le tissu de nos grands-mères”, à de multiples reprises. Jusqu’à rappeler l’absence du maire de Lyon, Gérard Collomb, lors du dernier meeting de LREM dans la métropole, “preuve des divergences qui existent dans cette famille politique, jusque localement”. Laurent Wauquiez a ensuite pris le soin de désigner son autre adversaire politique principal, le Rassemblement national, “pour la déconstruction de l’Europe et de l’euro”. Avant de qualifier Marine Le Pen de “juste extrême et pas de droite”.

Un peu plus de 2000 personnes

Quelques minutes auparavant, de jeunes militants, armés de t-shirts et de drapeaux “Avec Laurent Wauquiez” ou “Avec François-Xavier Bellamy”, tentaient de chauffer une salle bien remplie par une population plutôt âgée. Les quelques 2000 militants Républicains attendaient surtout Laurent Wauquiez, “qui réussit à reconstruire la droite petit à petit” et est doué d’un “réel esprit de synthèse”, selon l’un d’eux. Un couple d’Ardéchois confie avoir pris un car depuis leur village pour faire l’heure de route qui les sépare de Villeurbanne “entre supporters des Républicains”.

À l’applaudimètre aussi c’est Laurent Wauquiez qui l’emporte. François-Xavier Bellamy, peu connu du grand public avant la campagne, semble toutefois déjà très apprécié grâce à son ton “calme et posé” et son profil d’intellectuel “qui élève le débat”, assure un autre militant. C’est bien le tête de liste LR qui conclut ce meeting au centre d’une salle fatiguée, mais déterminée. Une conclusion qui lui vaut une ovation, la première de la soirée.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut