Ed Sheeran à Lyon : pour éviter la revente, la carte d'identité demandée ?

Les plateformes de vente de billets pour le concert d'Ed Sheeran au Groupama Stadium de Lyon préviennent leurs clients : les places seront nominatives et une pièce d'identité pourra être demandée à l'entrée. Une manière d'éviter la revente et les arnaques.

Ed Sheeran remplira le Groupama Stadium trois fois en mai 2019, et les prix des billets commencent déjà à flamber sur le marché parallèle et les escroqueries apparaissent. Certains n'hésitent parfois pas à vendre plusieurs fois le même billet, disparaissant une fois que les victimes découvrent la supercherie. Plusieurs mesures ont été prises par les plateformes, les billets seront nominatifs, non cessibles et non remboursables. Selon la Fnac : "l'acheteur accepte par conséquent de se présenter au contrôle, accompagné des autres détenteurs de billets de sa commande et de justifier son identité à l'entrée du spectacle par une pièce d'identité officielle, ou une copie de cette dernière, si l'acheteur ne se rend pas au concert". Selon nos informations, toute personne qui ne pourra prouver qu'elle a acheté les places ou que quelqu'un les a achetées pour elle en fournissant sa pièce d'identité ou une copie sera refusée dans le stade. Une source spécialisée sur la sécurité de ce type d'événement précise : "même s'il n'est pas toujours possible de vérifier l'identité pour tout le monde, les tourneurs mettent en place des contrôles rigoureux qui devraient être de plus en plus dissuasifs". Selon elle, "Le concert d'Ed Sheeran au Groupama Stadium devrait servir d'exemple pour que certains arrêtent de spéculer avec la passion des fans ou de chercher à les escroquer". Dès lors, si vous n'avez pas de place pour l'un des trois concerts, mieux vaut fuir les circuits parallèles, cela sera la meilleure façon de ne pas pouvoir rentrer tout en perdant de l'argent.

à lire également
panneau_radar
Personnification physique de la politique du gouvernement les réformes touchant les automobilistes (80 km/h et prix du carburants), les radars fixes sont particulièrement ciblés depuis le début du mouvement des gilets jaunes. La moitié ont été dégradés ou mis hors d'état de flasher sur l'ensemble du territoire. Les installations lyonnaises et rhodaniennes n'échappent pas à la colère.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut