EasyPark ne veut pas être confondu avec Easy Park Lyon en liquidation

Fin août la société de parking low cost à l'aéroport Saint-Exupéry, Easy Park, était placée en liquidation judiciaire. Victime collatérale : l'application EasyPark qui permet de payer son parking avec son mobile.

EasyPark ne veut pas être confondu avec Easy Park : un petit espace qui fait toute la différence. Le premier exploite une application mobile qui permet de payer son stationnement avec son mobile, dans 750 villes. Le second détenait un parking low cost à l'aéroport de Lyon Saint-Exupéry et a été placé en liquidation judiciaire le 30 août (lire ici).

Dès mi-août, plusieurs médias, dont Lyon Capitale, ont rapporté l'histoire des clients d'Easy Park qui ne pouvaient pas récupérer leur voiture sur le parking. Les salariés n'étant plus payés avaient choisi de ne plus venir travailler. Seul l'un d'entre eux assuré des permanences pour remettre les clés des véhicules à leur propriétaire.

Forcément, le nom Easy Park a pris une connotation négative, et l'application EasyPark est devenue l'une des victimes collatérales de cette affaire. Sur son site Internet, le groupe rappelle à plusieurs reprises qu'il n'a aucun lien avec l'autre et se retrouve face à un lourd chantier : rassurer ses clients dans un contexte où la confusion règne et où toute recherche sur Internet d'EasyPark, renvoie vers Easy Park. Dès lors, il s'agit d'un véritable cas d'école dont l'épilogue sera sans aucun doute étudié dans quelques cours de communication et marketing.

à lire également
préfecture
Les logiciels "open source", longtemps considérés comme chasse privée des férus d'informatique, séduisent davantage, et même jusque dans les collectivités. Le 21 décembre, le Rhône recevait une récompense du label "Territoire numérique libre" niveau 3, qui valorise l'investissement dans des logiciels libres.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut