Du HQE dans l'ancien, c'est possible et rentable

Patrick Rheinert vient de terminer la rénovation d'un maison mitoyenne à Vaulx-en-Velin. Un véritable show-room pour le développement durable.

A droite, la maison jumelle qui n'a pas été rénovée. Une villa de 100 m2 construite dans les années 50. Elle consomme 350kwh/m2 par an. C'est la moyenne dans l'ancien. A gauche la villa Rheinert : 50 kwh/m2 seulement. Sept fois moins. C'est du même niveau que les nouveaux bâtiments HQE qui poussent à la Confluence (entre 30 et 90 kwh/m2).

Il a fallu raser la moitié du toit. A la place, des bacs végétaux absorbent la chaleur et retiennent l'eau de pluie. Des végétaux de type méditerranéen, qui ne nécessitent aucun entretien ni arrosage : " cela fait vingt ans que je propose des toits végétaux aux Français mais ils continuent d'avoir peur que l'eau fuie " explique Patrick Rheinert. Installé en France depuis 1988, cet architecte d'origine allemande essaie de convertir sa patrie d'adoption à l'écologie. Au milieu du demi-toit, des panneaux solaires qui fournissent l'eau chaude pour six personnes. L'isolation de la maison est assurée par une couche extérieure formée de laine de verre et de crépi sur 15 cm d'épaisseur.

"Elle enveloppe comme un manteau". Aucune déperdition de chaleur en hiver et en été, fraîcheur préservée. Bien sûr, toutes les fenêtres ont été remplacées par des doubles vitrages. Un système d'aération douce avec récupération de chaleur permet de renouveler l'air régulièrement sans ouvrir les fenêtres en hiver. Le chauffage au sol fonctionne par pompe à chaleur. L'éclairage se fait par ampoules basse consommation ou par leds. Résultat, allumer toute les lampes de la maison ne consomme par plus qu'un halogène de 300 watts. Rien ne se perd, tout se transforme. Les eaux de pluie sont récupérées dans une citerne souterraine de 3000 litres. Elles servent à arroser le jardin et à alimenter les chasses d'eau.

La maison Rheinert a reçu le label Minergie, un protocole environnemental suisse draconien qui encourage les économies d'énergies dans l'habitat neuf et ancien. Avec 50kwh/m2, elle est même en dessous de la norme exigée de 80. Patrick Reinhert a fait le calcul. Il y a en France 4,5 millions de maisons de ce type construites entre 1945 et 1975. Les réhabiliter sur le même principe permettrait d'économiser 99 000 gigawatts par an. L'équivalent de 4 centrales nucléaires comme celle du Bugey, ou encore de 16 réacteurs, le 1/4 du parc nucléaire français. Et il en coûterait combien ? La rénovation complète de la maison de Vaulx-en-Velin, avec construction d'un escalier intérieur, installation de salles de bain et cuisine, réfection des murs et huisseries en plus des aménagements écolos : 150 000 euros. Avec le coût d'achat du bâtiment et du terrain, le budget monte à 280 000 euros, soit 2 800 euros du m2. Les constructions HQE de la Confluence sortent à 4250 euros/m2.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut