La centrale de Tricastin dans la Drôme en 2017. (Photo de PHILIPPE DESMAZES / AFP)

Drôme : un ancien cadre de la centrale nucléaire du Tricastin alerte sur des incidents de sûreté

L'ancien membre de la direction a déposé une plainte contre EDF pour "mise en danger de la vie d'autrui". Il accuse la direction de la centrale de Tricastin d'avoir dissimulé ou d'avoir minimisé des incidents de sûreté.

Un cadre d'EDF, ancien membre de la direction de la centrale nucléaire du Tricastin, espère être reconnu comme un lanceur d'alerte. Il a déposé une plainte début octobre devant le tribunal judiciaire de Paris contre EDF et la direction de la central du Tricastin, révèle Le Monde. Les chefs d'accusation sont "mise en danger de la vie d'autrui" et "infractions au code pénal, au code de l'environnement, au code du travail et à la réglementation relative aux installations nucléaires". Il affirme également avoir subi un harcèlement en raison de son refus de "couvrir" ce qu'il qualifie de dissimulation.

Une révélation qui arrive alors qu'Emmanuel Macron a annoncé la construction de nouveaux réacteurs nucléaires, dans son allocation du 9 novembre. La centrale de Tricastin, mise en service en 1980, est l'une des plus vieilles de France. En 2017 elle est mise "sous surveillance renforcée" après plusieurs incidents. "De nombreux documents, que Le Monde a pu consulter, témoignent de la volonté de la direction de dissimuler à l'Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) des évènements, ou en tout cas d'atténuer leur ampleur", détaille Le Monde, qui s'est également entretenu avec l'ancien cadre de la centrale.

L'Autorité de sûreté nucléaire conteste de son côté toute dissimulation et la quatrième visite décennale du réacteur de Tricastin a été jugée "assez satisfaisante" par l'ASN.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut