Droit de réponse de la société Labocast

Suite à la parution en ligne de notre article sur les implants dentaires (paru dans Lyon Capitale n°711, mai 2012), la société Labocast nous a adressé ce droit de réponse que nous publions ci-après.

“LABOCAST est directement nommée dans l’article en cause, intitulé “Implants dentaires : une bombe à retardement, publié le 28 novembre 2012, par Monsieur Guillaume LAMY, sur le site LYONCAPITALE.FR et accessible par l’URL suivante : http://www.lyoncapitale.fr/Journal/univers/Actualite/Sante/Implants-dentaires-une-bombe-a-retardement

“LABOCAST considéré que les propos de l’article, qui la désigne nommément, sont erronés et dénigrant et portent atteinte à l’honneur et la réputation de l’entreprise.

“Elle tient à rectifier, les allégations visées dans cet article :

“Il est important de rappeler aux lecteurs que LABOCAST ne réalise pas des implants dentaires mais des prothèses dentaires.

“Ainsi, il ne faut pas confondre pièce implantaire dentaire et prothèse dentaire.

“L’allégation selon laquelle Labocast aurait soupçonné son principal fournisseur d’une prétendue « sous-traitance avec un autre laboratoire en Chine peu regardant sur la qualité » est totalement fausse.

“En effet, aucune sous traitance ne peut avoir lieu dans la mesure où LABOCAST dispose d’une procédure de contrôle et de vérification scrupuleuse des travaux réalisés dans son laboratoire à l’étranger. Plus précisément, des audits et des contrôles qualités quotidiens sont réalisés sur place par les équipes de Labocast et d’un responsable qualité de LABOCAST CHINE.

“Ainsi, ce sont les techniciens salariés de LABOCAST CHINE qui délivre des bons de libération, garants de la qualité et de la conformité des prothèses ainsi réalisées sur place.

“LABOCAST tient également à rappeler que l’ensemble des travaux provenant de LABOCAST CHINE sont certifiés ISO 13485 (qui est la plus haute norme concernant les dispositifs sur mesure) ce qui exige des vérifications régulières de contrôle, normalisation et certification par les sociétés certificatrices.

“Enfin, en 2011, l’ANSM (ex AFSSAPS) a procédé directement sur site, à un contrôle du respect des procédures de fabrication mais aussi à un contrôle de de la conformité des matériaux (tous CE), rentrant dans la composition des prothèses dentaires réalisées.

“C’est dans ce cadre, qu’un rapport officiel a été établi aux termes duquel le niveau de maitrise de LABOCAST ne fait apparaître aucun risque pour la santé ; aucun écart critique ou majeur n’a été relevé lors de cette inspection.

“C’est pour cette raison, que LABOCAST peut certifier qu’aucun dysfonctionnement n’a jamais été relevé à ce jour.

“Dans ces conditions, la société LABOCAST considère les allégations contenues dans l’article précité comme totalement infondées et reposant sur des faits erronés.”

à lire également
Illustration maternité © Frederick Florin / AFP
Le scandale des “bébés sans bras” a mis en évidence des défaillances et traduit des dysfonctionnements dans le dispositif de sécurité sanitaire français, considéré comme l’un des plus performants au monde. Pour Lyon Capitale, plusieurs médecins épidémiologistes, toxicologues, neurologues et députés, dont deux anciennes ministres de l’Environnement, en dressent un constat inquiétant.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut