Aubrac

Disparition de Raymond Aubrac : sa fille ne veut pas de récupération politique

Le 11 avril 2012, nous avions publié un éditorial relatif à la disparition du grand résistant, en mettant en exergue les tentatives maladroites et malvenues de récupération politique par la plupart des candidats à l’élection présidentielle. "On est en période électorale donc ça n'est pas convenable de se récupérer sur un cercueil avec un discours politique parce que mon père ne le souhaitait pas, parce que c'est un résistant donc ce sont des résistants qui parlent", a indiqué sa fille Elisabeth Helfer-Aubrac ce matin sur France Inter.

Cette cérémonie publique d'hommage au grand résistant, décédé mardi à l'âge de 97 ans, devait débuter ce matin dans la cour d'honneur de l'Hôtel national des Invalides à Paris. Outre le président-candidat UMP Nicolas Sarkozy qui présidera cette cérémonie, son rival du PS dans la course à la présidence de la République François Hollande et la candidate écologiste Eva Joly ont annoncé leur présence.

Selon les souhaits de Raymond Aubrac, deux personnalités liées à la Résistance intérieure et à la France Libre prononceront les éloges funèbres : Jacques Vistel, président de la Fondation de la Résistance, et Jean-Louis Crémieux-Brilhac, ex-chef de service de la diffusion clandestine vers la France au commissariat national de l'Intérieur à Londres.

Raymond Aubrac appartient à la France. À la France Libre : celle qui résiste jusqu’au bout et n’a jamais considéré la politique comme « un métier ».

Didier Maïsto

Directeur de la publication

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut