Capture d’écran 2013-10-01 à 10.29.47

Directeur de Lyon 2 suspendu : la décision en intégralité

Capture d’écran 2013-10-01 à 10.29.47 ()

EXCLUSIF – Le directeur de l’Institut de communication de Lyon 2, poursuivi depuis mai par la section disciplinaire de l’université, a été suspendu officiellement ce lundi. Nous nous sommes procuré le jugement du conseil disciplinaire, à lire ici en intégralité.

Le directeur de l'Institut de communication de Lyon 2, Alain Girod (en photo ci-dessous), poursuivi dans une affaire de sous-diplômes délivrés en Guadeloupe par une école privée en partenariat avec Lyon 2, vient d'être officiellement suspendu ce lundi.

La décision de la section disciplinaire a été affichée dans les couloirs de l'université hier, comme le prévoit le règlement universitaire. Ses collègues et élus au conseil d'administration l'ont suspendu de ses fonctions pour trois mois, avec privation de la moitié de son traitement.

Capture d’écran 2013-10-01 à 13.11.17 ()

“Négligence” et “légèreté”

Tout porte à croire que le maître de conférence de Lyon 2 ne fera pas appel. Il a admis sa "négligence" et sa "légèreté" devant ses collègues mardi dernier en conseil disciplinaire, ainsi que le "sous-encadrement" des deux formations distribuées en Guadeloupe à son initiative, avec le label de l'université.

Il a avoué enfin s'être fait dédommager pour huit déplacements aux Antilles ces deux dernières années "sans y avoir été autorisé" par sa hiérarchie. Il a perçu pour ces déplacements, en plus des frais de transport, de bouche et d'hébergement, des rémunérations pour les enseignements distribués sur place.

Lire ici le jugement du conseil disciplinaire en intégralité :

Capture d’écran 2013-10-01 à 13.19.26 ()
Capture d’écran 2013-10-01 à 13.19.34 ()
Capture d’écran 2013-10-01 à 13.19.43 ()
Capture d’écran 2013-10-01 à 13.19.51 ()
Capture d’écran 2013-10-01 à 13.19.58 ()
Capture d’écran 2013-10-01 à 13.20.07 ()
2 commentaires
  1. Sophie_Lyon - mar 1 Oct 13 à 14 h 38

    Compte tenu de la gravité des faits, la sanction est bien légère, c'est chouette d'être fonctionnaire. Dans n'importe quelle entreprise privée, il aurait été viré sans indemnités de licenciement, pour faute grave.

  2. FOurs - mar 1 Oct 13 à 16 h 54

    je crois que Sophie a raison, mais il a dû plaider la bonne foi pour certaines de ses intentions… les conséquences ayant p-ê dépassé celles-ci !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut