Deuxième bidonville Roms chassé par le préfet

Une semaine auparavant les quelques 300 Roms de ce camp avaient été avertis qu'ils devaient quitter les lieux. Le jour J quand les gendarmes sont entrés en action : 137 ont accepté d'être reconduits en Roumanie moyennant une aide de 153 euros par adulte. Mais une soixantaine sont partis dans la nature et sont certainement allés dans d'autres bidonvilles, notamment celui de Saint-Priest. Le préfet Jacques Gérault s'est félicité de cette expulsion, en rappelant que 47 ont accepté "un parcours d'insertion" et peuvent donc rester en France. André Gachet, président de l'Alpil a, quant à lui, souligné qu'une telle évacuation prouve que "la logique de l'action sociale prend progressivement la place sur la logique d'ordre publique". Une "conférence d'agglomération" est prévue pour le mois d'octobre pour trouver des solutions durables d'hébergement pour cette population.

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut