Deux manifestations de défense animale ce samedi à Lyon

Défense des animaux de laboratoire d'un côté, lutte contre l'alimentation carnée de l'autre, les défenseurs de la condition animale se mobilisent ce samedi à Lyon.

Les deux manifestations n'ont aucun lien, si ce n'est leur visée, à savoir, la défense de la condition animale. Les uns militent pour l'abandon de la viande dans l'alimentation humaine, les autre pour le respect des animaux de laboratoire.

La domination animale, "héritage chrétien" ?

Les militants contre l'alimentation carnée de l'association 269 Life Libération Animale ont été les premiers à prendre possession de la rue. Ils se sont rejoints à 11 heures devant la cathédrale Saint-Jean, sur la place du même nom, dans le Vieux-Lyon. Le lieu n'a pas été choisi au hasard. "Nous vivons dans une société très largement façonnée par l’humanisme chrétien marqué par le mépris envers tout ce qui n’est pas humain, c’est-à-dire d’abord les animaux", explique Tiphaine Lagarde, présidente de l’association. Un happening était prévu sous forme de "reproduction de la fameuse scène religieuse du dernier repas du Christ afin de dénoncer l’héritage chrétien de domination de l’être humain sur les autres animaux", indique le collectif par voie de communiqué.

Contre la dissection des souris à l'école

A l'occasion de la semaine internationale des animaux dans les laboratoires le collectif International Campaigns, a de son côté décidé d'occuper la place de la République à partir de midi. Quelques jours après l'annonce du retour de la dissection de souris dans les classes de sciences françaises, ils entendent dénoncer "l'expérimentation animale" et sensibiliser aux conditions dans lesquelles elle est pratiquée. Un film sera d'ailleurs diffusé à cet effet. Le collectif avance le chiffre de 7000 animaux tués chaque jour dans les laboratoires français

à lire également
Michèle Rivasi © Tim Douet
L’eurodéputée EEVL de la Drôme Michèle Rivasi dénonce le scandale sanitaire du chlordécon, un pesticide neurotoxique utilisé pendant des années aux Antilles alors qu’il était interdit partout dans le monde. Ni plus ni moins qu’un “génocide” perpétré par les plus hautes sphères de l’État, explique-t-elle à Lyon Capitale.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut