Deux députés condamnent les propos homophobes dans un lycée de Lyon

Deux députés ont condamné ce mercredi “les enseignements homophobes” dispensés à Lyon au sein du lycée Sainte-Marie.

Raphaël Gérard et Laurence Vanceunebrock-Mialon, deux députés de Charente-Maritime et de l'Allier ont condamné dans un communiqué les enseignements homophobes dispensés dans un établissement catholique lyonnais, en l'occurrence au lycée Sainte-Marie, plus communément appelé Les Maristes. 

Un établissement au sein duquel les actes homosexuels seraient décrits comme étant “contraires à la nature”, écrivent les deux députés. Si les établissements d'enseignement privés disposent d'une forme d'autonomie compte tenu de leur statut, ils restent soumis aux mêmes obligations de transmission des valeurs de respect et de tolérance au fondement de l'école républicaine”.

Un tel enseignement n'est pas compatible avec les missions de l'école”, ont ajouté Raphaël Gérard et Laurence Vanceunebrock-Mialon qui demandent à l'établissement de “faire toute la lumière sur cet enseignement et de mettre un terme aux dérives qui seraient identifiées”. 

Suite à l'article publié hier, la direction du lycée Sainte-Marie nous a adressé un droit de réponse ou elle assurequ'en aucun cas, l’enseignement dispensé dans l'école ne stigmatise ou ne juge les personnes homosexuelles. Aucune parole blessante visant les personnes homosexuelles ne saurait être acceptée dans notre maison”. 

En aucune façon, ce texte n’a une visée ni intention homophobe – à savoir une détestation ou une haine des personnes homosexuelles –, mais entend poser les termes d’un débat. Dans tous les cas, une ou deux citations peu explicites dans un livre n’en font pas un ouvrage homophobe”, ajoute le lycée. Ce dernier écrit enfin que “certains termes sont tirés du catéchisme de l’Église catholique sur l'homosexualité” et “qu'en d'autres termes, ce sont les actes qui sont qualifiés ici, jamais les personnes homosexuelles ne sont jugées ou stigmatisées.

Dans un des passages du livre en question il était écrit : “Seul l’homoérotisme est problématique, favorisant le narcissisme. Si le sens des gestes hétérosexuels (coït) est clair (accueil, don, alliance, fécondité), le sens des gestes homosexuels (sodomie, fellation, cunnilingus) est trouble et stérile. Ce sont des gestes de substitution qui confondent l’oralité, l’analité et la génitalité. Ils sont confus, ‘intrinsèquement désordonnés.’

1 commentaire
  1. vieux caladois - 23 octobre 2019

    pourquoi eux deux seulement ?

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut