métro TCL
© Laurent Cousin

Des usagers veulent prolonger les horaires TCL le week-end

Rentrer chez soi vers minuit : c'est beaucoup trop tôt pour les signataires d'une pétition en ligne. Adressée à Gérard Collomb et au Sytral, la pétition regroupe près de 5000 usagers pour que les bus et les métros circulent jusqu'à 1h30 du matin les week-end.

Le succès de la pétition en ligne contre la loi El-Khomri en inspire sans doute plus d'un. Depuis trois semaines, Jerôme Laffont tente de mobiliser les internautes lyonnais pour espérer rallonger les horaires de circulation des TCL les soirs de week-end. Adressé au maire de la ville Gérard Collomb, l'argumentaire est économique : tandis que la majorité des restaurants et des bars ferment à 1 heure du matin, étendre les horaires des TCL à 1h30 pourrait permettre d'améliorer le chiffre d'affaire des établissements lyonnais.

Le coût plus élevé des services de nuit des transports en communs pour la municipalité serait compensé par le "boost de l'économie durant cette heure supplémentaire". Pas sûr que Gérard Collomb ou le Sytral ne se laisse séduire par l'idée, même si la pétition précise que d'autres villes moins importantes que Lyon ont déjà mis en place cette amplitude horaire les soirs de week-end.

"Cela coûte une fortune"

Pour le Sytral, la question se posait déjà en 2009 lorsque la plupart des capitales européennes, comme Barcelone, allongeait leurs horaires de nuit. Le président de l'époque, Bernard Rivalta, souhaitait fermer certaines lignes TCL plus tard pendant son mandat, ce qu'il n'a pu mettre en place. Il avait précisé que "tout cela coûte une fortune puisque les salaires doivent être doublés après minuit". Depuis ces déclarations, les métros ferment à la même heure, au plus tard entre minuit quinze et minuit trente.

Gérard Collomb, lui, ne semble pas vraiment adepte des pétitions citoyennes, concernant la fermeture du musée des tissus et la pétition en ligne qui accompagnait la contestation, le maire avait déclaré que : "si chaque signataire donnait 100 euros, on aurait récupéré un peu d’argent, mais il est plus facile de signer que de s’engager."

à lire également
Quand l’urgence sanitaire laissera place au bilan de la gestion de cette crise, le chapitre des municipales se rouvrira. Parce que la date d’un hypothétique second tour approchera, le 21 juin, mais aussi pour une raison médicale : des candidats ou des assesseurs ont contracté le Covid-19 le jour d’un premier tour dont le maintien n’est plus vraiment assumé.
2 commentaires
  1. Pat69100 - 29 février 2016

    Il faudrai rapeler que pour les lignes pleines lunes existe justement les week-end. De plus, le coût serait énorme pour le peu de personnes transportées. En outre, cela ne dérange pas ces personnes d'essayer de faire travailler des personnes à des heures aussi tardive et surtout de remettre en cause des équilbre familiaux déjà remis en cause par une autre absurdité qu'est l'extension des ouverture dominicale. Il faut rapeler à ces personnes que les vélov' existe, les taxis aussi... Bref qu'il y a déjà une offre suffisante et pertinente de transport les nuits des week end. Il ne s'agit pas de rendre service mais bel et bien de faire financer par la collectivité les exigences de quelques oisifs fêtards. Cette absurde demande doit recevoir une fin de non recevoir du sytral.

  2. Pat69100 - 29 février 2016

    Le sytral cherche d'ailleurs actuellement à faire des économies et cette idée est fort dispendieuse pour les finances publiques. Enfin le pseudo boost de l'économie lyonnaise suposé par ces personnes relève de la science fiction. Car il ne faut pas non plus oublier que fermeture plus tardive= encore plus de désagréments et de délinquance liée à l'alcoolisation. Ce n'est pas aux transports en commun de s'adapter mais aux fêtards de s'adapter. Que la vie est douce pour certains qui ne savent pas comment occupper leurs soirée et qui n'ont pas d'autre soucis que l'oisiveté et faire la fête.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut