Dernières nouvelles de Lyon 2

Ils ont donc décidé de bloquer de nouveau au petit matin. Les étudiants étaient cependant soucieux (plus ou moins) de la possible intervention des forces de l'ordre dans la soirée. C'est ainsi qu'ils ont décidé d'organiser une sorte de cache-cache, puisque plusieurs salles ont été aménagées, avec à des barrages qui entravaient le passage, de manière à faire croire que les étudiants s'y étaient regroupés pour la nuit. Je ne sais même pas où les étudiants ont réellement dormi (ils sont tout de même un peu parano pour certains [je ne suis pas des renseignements généraux !]). Comme vous le savez, les étudiants n'ont pas été délogés par les CRS.
Le jour suivant quelques étudiants se sont présentés à l'université. Ils ont pu constater qu'elle était encore bel et bien bloqué. Certains sont restés pour discuter quelques minutes avec les étudiants bloquant les accès. Tout cela c'est passé dans le plus grand calme. Ce même jour, une AG à été organisée à Lyon 2 sur les quais. Le blocage de l'université à été voté par moins de mille étudiants. L'occupation des locaux se fait la journée, mais pas la nuit.

Vendredi . Comme nous pouvons constater sur le Web étu 'deux portes (l'une de la salle des enseignants du département de Psychologie Sociale de l'Institut de Psychologie, l'autre d'un secrétariat de la Faculté de Sociologie et d'Anthropologie) ont été forcées, qu'un écran d'ordinateur a été dérobé dans une salle où se trouvaient bien d'autres choses à voler (unité centrale, écran d'ordinateur type Mac, dont la valeur est bien plus élevée...)', et je suis tout à fait d'accord avec les doutes des étudiants (communiqué en bas de page). Notons également la parution de la troisième édition du journal des étudiants grévistes de Lyon 2 : " Liberté égalité fraternité ". Je le mets en ligne sur " des bloqueurs actifs " dès que possible.

Le week-end sera surement tout aussi calme, et une majorité des étudiants semblent être chez eux pour un peu de repos (semble-t-il tout au moins pour la nuit). Le week-end sera donc tranquille, et ils accueillent toujours les étudiants qui souhaitent faire un tour à l'université.

Pour lundi 26 : dans le communiqué de la présidence (de cette fin de semaine), nous n'apprenons rien de nouveau. La présidence semble bien affirmer que les cours reprennent, pourtant elle n'assure en rien qu'il y a cours lundi. Ce sont des petits malins quand même, ils utilisent bien leur langue de bois. Ils évoquent également la consultation du CEVU, entendez conseil des études et de la vie universitaire, qui devrait statuer sur la reprise des cours. Mais qu'en est-il dans la réalité ? Et bien je vais vous le dire : les étudiants grévistes ont bel et bien décidé de bloquer l'université lundi matin, qu'ils soient ou non délogés par les CRS. Et c'est surement pour cela, qu'il n'y à plus grand monde ce week-end. Ils restent bien entendu sur leur ligne de conduite décidée en assemblé générale. Donc à vrai dire, je suis pratiquement certain que lundi matin, nous trouverons l'université complètement bloquée.
Ensuite dans la matinée se tiendra une assemblée générale pour les enseignants/chercheurs et le personnel. Pour finir, une assemblée générale d'étudiant sera tenue lundi en début d'après midi (15H). Vous l'avez bien compris, si vous avez envie de faire entendre votre voix, il va falloir se bouger...

Donc, je donne rendez-vous à tous les étudiants de l'université, lundi 26 novembre à 15 heures. Il est temps que des universitaires responsables reprennent enfin le mouvement. Montrons à la France que les étudiants de Lyon sont prets à durcir le mouvement (en allant en masse dans la rue, et en manifestant contre la loi LRU) mais en reprenant notre travail étudiant. Pour notre avenir et celui de nos enfants, sortons de chez nous ! ! !

Communiqué des étudiants grévistes

Vendredi 23 Novembre autour de 9h00, nous apprenons avec stupeur par la bouche du directeur de l'Institut de psychologie, que deux portes (l'une de la salle des enseignants du département de Psychologie Sociale de l'Institut de Psychologie, l'autre d'un secrétariat de la Faculté de Sociologie et d'Anthropologie) ont été forcées, qu'un écran d'ordinateur a été dérobé dans une salle où se trouvaient bien d'autres choses à voler (unité centrale, écran d'ordinateur type Mac, dont la valeur est bien plus élevée...) ce qui nous fait fortement douter du but vénal de l'effraction. De plus, il ne nous paraît pas anodin que ce soient les locaux des deux facultés dont plusieurs membres du personnel nous soutiennent publiquement dans ce mouvement, et avec qui nous entretenons le dialogue, qui soient visées.
Nous pensons que ces actes, que nous condamnons avec la plus grande fermeté, ont été commis afin de discréditer notre mouvement.
Nous nous doutons bien que nombreux seront ceux et celles qui tenteront de faire porter la responsabilité de ces actes sur nous, étudiant-e-s ayant temporairement élu résidence ici, et nous pensons que c'est précisément pour cela que ces actes ont été commis. Ils donnent en effet à la présidence un prétexte tout trouvé pour envoyer les forces de l'ordre sur le campus.

Quel intérêt aurions-nous eu à forcer les portes de locaux de facultés qui comptent parmi nos soutiens ici ? Quel intérêt aurions-nous eu à entrer par effraction dans ces locaux et à voler un écran d'ordinateur, alors que nous nous employons à nettoyer les murs, les tables des amphis, et à tenir propres les locaux ? Quel intérêt aurions-nous eu à briser ainsi le dialogue avec le personnel, alors que notre but constant est précisément d'entretenir une relation de confiance et de préserver une unité avec ce même personnel ?

Les étudiants grévistes de Lyon 2

Philippe Soubie, étudiant Lyon 2

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut