L’évolution du taux d’incidence dans le Rhône @SantépubliqueFrance

Covid-19 : forte baisse du nombre de nouveaux cas à Lyon, la situation s'améliore, le point ce lundi (graphique)

Le nombre de nouveaux cas de covid-19 est en forte baisse à Lyon et dans le département du Rhône. Le point ce lundi en graphique.

La circulation du virus à l'instant t sur un territoire se mesure grâce au taux d'incidence. C'est un indicateur clé. Le taux d'incidence détermine le nombre de cas positifs sur les 7 derniers jours pour 100 000 habitants. Sur une semaine glissante. C'est un très bon moyen de mesurer le degré de circulation du virus, à un instant t, sur un territoire.

Lire aussi : Coronavirus à Lyon et dans le Rhône : "l'amélioration est générale", le directeur général de l'ARS fait le point dans Lyon Capitale

Dans le département du Rhône, d'après les derniers chiffres stabilisés au jeudi 16 septembre, le taux d'incidence est de 87 (les données prennent donc en compte la période entre le vendredi 10 septembre et le jeudi 16 septembre.

Taux d'incidence dans le Rhône :

  • 10 juillet : 36
  • 20 juillet : 186
  • 27 juillet : 310
  • 28 juillet : 312
  • 30 juillet : 319
  • 3 août : 305
  • 6 août : 301
  • 12 août : 311
  • 19 août : 278
  • 26 août : 237
  • 29 août : 214
  • 30 août : 198
  • 2 sept : 181
  • 9 sept : 129
  • 16 sept : 87

La baisse est claire et nette en ce début du mois de septembre. Comme le montre les chiffres ci-dessus et le graphique ci-dessous.

L'évolution du taux d'incidence dans le Rhône @SantépubliqueFrance

Plus de 86 % des + de 12 ans sont totalement vaccinés dans le Rhône

Mercredi 15 septembre, plus de 90 % des habitants du Rhône, en âge de se faire vacciner, avaient reçu au moins une dose de vaccin contre le Covid-19. Le pourcentage de Rhodaniens qui possédent un schéma vaccinal complet est quant à lui de 86 %, pour une moyenne nationale de 81,4 %.

Rapportée à la totalité de la population du Rhône, moins de 12 ans compris donc, la couverture vaccinale complète était de 73,5 % dans le département, au 14 septembre. En se penchant sur les chiffres publiés par Santé Publique France on observe que la campagne vaccinale progresse notamment très rapidement chez les 12-17 ans, qui ont dû attendre le 15 juin avant d’être autorisés à se faire injecter.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut