Cours Vitton : le collectif veut durcir la législation routière

Le collectif "Et 6 c'était vous ?" a rencontré Pascal Blache, le maire du 6e arrondissement ce mardi. En plus de faire accélérer le processus de réhabilitation du cours Vitton, ils souhaitent désormais faire entendre leur voie pour durcir la législation routière.

Après l'accident mortel qui a eu lieu cours Vitton, le collectif "Et 6 c'était vous ?", un collectif de riverains du 6e arrondissement, s'est créé pour faire pression sur les politiques. Ils veulent ainsi accélérer le processus de réhabilitation du cours Vitton et faire pression sur les parlementaires pour renforcer les sanctions à l'encontre des conducteurs sans permis.

Deux revendications qu'ils souhaitent porter auprès des élus locaux et nationaux, comme l’affirme Bertand Maigre, membre du collectif : "Tout d'abord, on veut faire pression sur les élus locaux pour faire avancer le dossier du cours Vitton. Ensuite, comme on est en période préélectorale, on a sollicité les députés de la commission sécurité routière à l'Assemblée nationale. On veut faire modifier la loi pour que les conducteurs qui n’ont pas de permis et qui ont causé un accident mortel soient reconsidérés par la loi comme criminels. C’est ce qu’on fait les Allemands et les Britanniques."

Bientôt des radars sur les feux du cours Vitton ?

Concernant le cours Vitton, Pascal Blache, maire du 6e arrondissement, a reçu le collectif ce mercredi ."Ça s'est bien passé. Il est favorable pour une réduction à deux voies du cours Vitton. Le maire nous a demandé de poser par écrit nos demandes. On va construire ensemble", poursuit M.Maigre.

Ce que confirme la mairie du 6e arrondissement : "Nous avons rencontré les riverains et entendu leurs propositions. On a aussi voulu calmer le jeu en leur expliquant ce qui pouvait être fait ou pas. Les gens nous ont dit que tous les jours il y avait des piétons qui étaient à deux doigts de se faire écraser." La mairie a d’ailleurs annoncé avoir contacté la préfecture du Rhône pour demander l’installation de radars au niveau des feux tricolores.

Le soutien de Bruno Bonnell

En attendant, le collectif a mis en ligne une pétition pour que leur action prenne du poids. Parmi les premiers signataires, Bruno Bonnell, chef d'entreprise lyonnais : "J'ai signé cette pétition parce que ça s'est passé à 20 mètres de chez moi. Cet endroit est dangereux, donc j'ai signé par solidarité avec mes voisins."

Selon lui, les propositions du collectif sont équilibrées : "Il y a deux sujets. La préoccupation légitime de réhabiliter les rues, et en même temps, le fait de combattre ce fléau qu’est l'alcool au volant." Concernant le cours Vitton, M.Bonnell dit "faire une confiance absolue à la métropole pour prendre en compte ce drame. Il ne faut pas oublier que quand la ville a décidé de restructurer la rue Garibaldi, on a entendu que l'on tuait un axe majeur de Lyon. Peut-être que cet accident dramatique va accélérer les travaux cours Vitton, même si je pense que c'est en cours. Cet axe est un endroit formidable pour le commerce, mais il est couru des automobilistes. Un jour il faudra penser à élargir les trottoirs et se demander si l’on donne la priorité aux citadins ou aux types qui roulent à 70 km/h."

Une marche blanche organisée

Sur la législation routière, il se dit aussi en accord avec le collectif : "Il faut dire que rouler sans permis et avec deux grammes d'alcool dans le sang est pénalement puni. Rouler sans permis, ou alcoolisé, est un acte délictuel majeur. Une voiture peut être une arme. On est dans une contradiction absolue. Au nom de la liberté, certains disent que faire ralentir les voitures est scandaleux et au nom de certains lobbies, on ridiculise l'idée du zéro gramme aux volants."

Le collectif est soutenu par la famille de la jeune femme victime de l'accident : "Son père nous a contactés lundi et a demandé ce qu'il pouvait faire pour nous aider. Notre démarche, c'est de le soutenir lui. Parce qu'on ne laissera pas tomber". Une marche blanche va être organisée par la suite en concertation avec la famille.

à lire également
L'indice de la qualité de l'air est "très bon" ce lundi 28 septembre à Lyon d'après l'observatoire de l'air de la région. Les chiffres devraient rester dans le vert les jours suivants grâce au mauvais temps.
3 commentaires
  1. boby - 28 octobre 2016

    Surtout, surtout, éviter les décisions et les communiqués de presse fait sous l’émotion, sous le choc d'une mort accidentelle. Une mort accidentelle à 1h du matin par la faute d'une chauffard ivre et sans permis. Autrement dit, si le chauffard avait grillé un autre feu sur une autre avenue (garibaldi par ex,qui vient d’être refaite), le piéton situé au bord de la route en attente d'un feu vert (pour lui) aurait, de la même manière , été écrasé... Et on aurait conclu qu'il faut refaire l'avenue Garibaldi ? qui vient d’être refaite ? Sérieusement, soyons pragmatiques et posés. Ne cédons JAMAIS aux extrémistes qui agitent les émotions des gens , par leur intelligence. La vraie cause de cet accident est la bêtise d'un chauffard ivre et sans permis. Ça aurait pu arriver partout ailleurs.

  2. Wandu - 28 octobre 2016

    @bobby Tout à fait d'accord avec vous, il ne faut pas céder à la peur. Toutefois, le cours Vitton est quand même largement surdimensionné pour l'automobile au détriment des autres usagers. Pour preuve, le stationnement sauvage en double file aux heures de pointe qui ne gène pas beaucoup la circulation des autres automobilistes. Pour les cyclistes, cette artère n'est pas du tout agréable à emprunter à cause de la vitesse des véhicules. Pour les piétons, la largeur du trottoir au niveau des arrêts de métro et de certains carrefours est notoirement insuffisante. Même s'il faut se détacher de cet événement, la réfection du cours Vitton est nécessaire objectivement.

  3. Robes Pierre - 28 octobre 2016

    boby & wendu. Et si et si !!!seulement l'accident s'est produit cours Vitton dénoncé depuis fort longtemps comme accidentogène , les réfections de chaussée doivent conduire à l'installation de radars de feux rouges .

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut