Maison d’arrêt de la Talaudière (Loire) – Capture d’écran Google Street View

Coronavirus près de Lyon : nouveaux clusters dans deux prisons de la Loire

Treize surveillants pénitentiaires et deux détenus ont été testés positifs au coronavirus dans les prisons de Roanne et de la Talaudière, non loin de Lyon.

Clusters dans les prisons de la Loire : treize surveillants pénitentiaires et deux détenus ont été testés positifs au coronavirus ce mardi 10 novembre. Le centre pénitentiaire de Roanne, à une heure de Lyon, est particulièrement touché avec pas moins de dix agents pénitentiaires positifs. Trois de leurs collègues sont également positifs à la maison d'arrêt de la Talaudière, vers Saint-Etienne, ainsi que deux détenus.

D'après le syndicat majoritaire UFAP-UNSA, interrogé par Le Progrès, ce n'est pas une première pour Roanne. Les agents malades seront remplacés sans problème par les dix collègues déjà testés positifs au coronavirus ces derniers jours et qui devraient pouvoir réintégrer leurs fonctions sous peu. Ce qui laisse cependant les surveillants en sous-effectif. Les syndicats craignent que la situation n'empire avec l'augmentation des contaminations au coronavirus particulièrement forte dans la région.

Les deux prisons disent disposer de masques et de gel hydroalcoolique, pour le personnel comme pour les détenus. Les parloirs sont pour l'instant maintenus avec des mesures sanitaires strictes. Quant aux permissions, elles sont toujours possibles avec un isolement du détenu pendant une semaine à son retour en prison. Les unités de vie familiale, par contre, qui permettaient aux détenus de retrouver leurs familles dans une plus grande intimité, ont été fermées depuis le reconfinement.

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut