Bruno Bernard, président vert de la Métropole de Lyon © Antoine Merlet

Coronavirus à Lyon : Bruno Bernard critique "les mesures annoncées unilatéralement depuis Paris"

Le président de la métropole de Lyon, Bruno Bernard, a critiqué certaines mesures prises sur le territoire pour lutter contre la propagation de la Covid-19, telles que la limitation de la jauge maximale à 1000 personnes.

Le président du Grand Lyon a, dans une intervention liminaire au conseil, critiqué les décisions prises à Lyon par le gouvernement concernant la crise de la Covid-19. “Il est également de notre responsabilité d’élus locaux de veiller à ce que les mesures décidées pour enrayer l’épidémie soient justifiées sur le plan sanitaire, comprises et intégrées par les habitants pour qu’elles soient efficaces. J’ai alerté messieurs Castex et Veran sur le manque de lisibilité et les incohérences ressenties de certaines mesures, annoncées unilatéralement depuis Paris. J’ai eu l’occasion de m’exprimer publiquement à ce sujet. J’espère vivement que le message est passé et que la réunion de jeudi n’était pas une opération de communication”, a-t-il déclaré.

La jauge de 1000 personnes en question

D'après le président de la métropole de Lyon, “la situation (sanitaire, NdlR) semble stabilisée depuis jeudi dernier”. C'est pour cette raison qu'il a demandé, entre autres, au Premier ministre de modifier la jauge maximale fixée à 1000. “Il faut raisonner en termes de risque et cette décision a de graves conséquences économiques pour notre territoire. J’ai pu constater que dans les salons d’Eurexpo, comme au stade de Décines ou à l’Astroballe, il était possible d’avoir beaucoup plus de public tout en respectant les gestes barrières”, a assuré Bruno Bernard. Et d'ajouter : “Je n’oppose pas mesures sanitaires et activités économiques. Je demande de la cohérence et de la confiance accordée à nos acteurs sur le territoire. Car, à la crise sanitaire, s’ajoutent une crise économique et une crise sociale d’une grande violence.”

Conséquence économique directe de la crise du Covid-19, le nombre d’allocataires du RSA est en forte augmentation dans la métropole. Ils étaient moins de 40.000 ces quatre dernières années. Ils étaient 43.600 en juin 2020. “Nous attendons les chiffres de septembre, mais nous avons déjà une augmentation de nos dépenses de l’ordre de 30 millions d’euros. Nous demandons à l’État de prendre en charge une partie de cette dépense directement liée à la crise”, a conclu Bruno Bernard.

Lire aussi : Coronavirus : les bars fermés à Marseille et Paris en alerte maximale, bientôt au tour de Lyon ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut