Capture d’écran 2012-01-20 à 19.33.56

Collomb et Mercier relancent le dossier du périphérique ouest

Les présidents du département et du Grand-Lyon veulent boucler le périphérique lyonnais, dont seul le tronçon ouest fait défaut (15km). Ils ont voté la saisine de la Commission nationale du débat public vendredi. Le projet, estimé à 2,5 milliards d'euros, pourrait voir le jour "entre 2022 et 2024". Explications.

Le moins que l'on puisse dire c'est que le dossier fait office de serpent de mer. Le bouclage du périphérique est dans les esprits depuis 1989 à Lyon. Michel Mercier, garde des sceaux et président du conseil général et Gérard Collomb, maire de Lyon et président du Grand-Lyon ont réuni leurs forces pour le relancer vendredi après midi, après le vote à l'unanimité de leurs assemblées, ils ont annoncé qu'ils saisiraient, fin janvier, la Commission nationale du débat public (CNDP) en vue de déterminer le tracé final du tronçon ouest du périphérique (TOP), le seul qui reste encore à mener.

"C'est déjà un bon début", a jugé le maire de Lyon qui a remis le projet dans son contexte : "Le passage d'Ouest en Est est très difficile actuellement dans l'agglomération. Le pont de la Mulatière, la montée de Choulan, le chemin neuf, Fourvière, le tronçon nord du périphérique, tous ces points de passage sont complètement saturés. Il faut trouver une solution pour les décongestionner et requalifier nos voiries saturées, y mettre des transports en commun, des lignes fortes de bus, de tramway et à terme, demander à l'Etat de déclasser l'autoroute A7/A6. Le but serait de le transformer en boulevard urbain, un peu comme ce que nous avons fait à Mermoz Pinel".

Deux tracés possibles et un scénario sans aucune infrastructure

Trois scénarios sont envisagés pour le TOP. Un tracé court, le préféré de Gérard Collomb et Michel Mercier, dit "périphérique" qui va de Valvert à Saint-Fons sur 15 km dont environ 9,8 km en tunnels ou en tranchée couverte, avec cinq échangeurs pour desservir les quartiers. Deuxième scénario, plus long, dit "rocade" du Valvert au boulevard urbain sud, 15,4 km dont environ 11 km en tunnels ou en tranchées couvertes avec toujours cinq échangeurs. Enfin, un troisième scénario dit "sans infrastructure" exigé par la Commission nationale du débat public, sorte de scénario témoin qui vise à évaluer la situation si l'on ne fait rien.

Ces projets sont estimés chacun à environ 2,5 milliards d'euros. Les collectivités les financeraient chacune pour moitié. Elles envisagent de mettre en place un péage-, voire une taxe foncière spécifique sur les terrains à proximité afin de rentabiliser l'équipement. Après la saisine de la Commission, cette fin janvier, celle-ci dira en mars prochain si elle souhaite ou non lancer un débat public sur la question. Le débat pourrait commencer en novembre pour une durée de six mois. La décision sur le tracé interviendra ensuite fin 2013, pour une livraison du tronçon ouest "entre 2022 et 2024".

à lire également
Dans un post publié sur Facebook, Gérard Collomb raconte être "allé au contact des groupes de jeunes qui faisaient face aux forces de l'ordre" ce samedi place Bellecour pour les "interpeller en leur signifiant qu'ils ne pouvaient pas gâcher la fête des lumières, la fête de tous les Lyonnais, leur fête".
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut