La forteresse de Saint-Vidal, en Haute-Loire

Château privé subventionné par la Région, Wauquiez revient sur sa décision

La Région Auvergne-Rhône-Alpes a décidé de supprimer la question de la subvention d’un million d’euros attribuées pour les réparations du château d’un particulier. Un "premier pas" pour les élus socialistes, qui promettent de rester vigilants sur cette affaire.

Début février, les Socialistes et apparentés de la région s’inquiétaient d’une étrange subvention. Pour la rénovation d’un château, l’association "pour la valorisation du Velay Auvergne et Gévaudan" s’apprêtait à recevoir la coquette somme d’un million d’euros, pour effectuer les travaux au sein d’un château. Le problème ? Le bâtiment n’appartient pas à l’association, mais à son président, Vianney d’Alançon. "La situation aurait été très différente si c’est l’association elle-même qui était propriétaire du château. Ce n’est pas le cas et c’est là tout le problème", alertait Jean-François Debat. Après de nombreux courriers portés à l’exécutifs, les Socialistes et apparentés de la région ont obtenu le retrait de la demande de subvention à l’ordre du jour du 15 février. "La Région revient ainsi à la raison tant ce dossier était mal bâti et les risques de mélange des genres évidents. Nous nous en félicitons. C’est un premier pas. Cela ne signifie évidemment pas que le dossier est clos", se réjouit Jean-François Debat en promettant de maintenir sa "vigilance sur cette affaire".

L'exécutif de la Région a souhaité s'expliquer sur le report du vote de cette subvention. Les questions posées par l'opposition nécessitent des réponses qui doivent être traitées dans un certain délai. Ledit délai étant trop court d'ici la séance du 15 février, la Région a préféré supprimé de l'ordre du jour le vote de la subvention.

Auvergne-Rhône-Alpes  : de l'argent public pour un château privé  ?

 

à lire également
Le parti Les Républicains a entériné son programme pour les élections européennes lors du conseil national qui s'est tenu à Lyon ce week-end. Laurent Wauquiez veut incarner l'alternative entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen. 
1 commentaire
  1. valency - 15 février 2019

    ben alors Vianney on voulait faire casquer la république ?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut