La forteresse de Saint-Vidal, en Haute-Loire

Auvergne-Rhône-Alpes : de l'argent public pour un château privé ?

Le président du groupe Socialiste & Démocrate de la Région Auvergne-Rhône-Alpes conteste le versement d'une subvention d'1 million d'euro à une personne privée, "sous couvert de financer une association de défense du patrimoine".

"La Région finance-t-elle les rénovations privées au bénéfice d'un châtelain ?" C'est la question que pose Jean-François Débat, président du groupe Socialiste & Démocrate Auvergne-Rhône-Alpes. L'élu pointe du doigt une subvention d'un million d'euro sur le point d'être accordée par la Région à l' "association pour la valorisation du Velay Auvergne et Gévaudan". Déclarée en préfecture en 2016, l'association a pour objet de faire revivre le château de Saint-Vidal, "la forteresse la mieux conservée de la région Auvergne".

Jusque là, rien d'inhabituel. Si ce n'est que le président de ladite association n'est autre que le propriétaire du château, Vianney d'Alançon. Autrement dit, la subvention sur le point d'être votée par la Région s'apparente à une aide octroyée à une personne privée pour la valorisation de son propre patrimoine. "La situation aurait été très différente si c'est l'association elle-même qui était propriétaire du château. Ce n'est pas le cas et c'est là tout le problème." appuie Jean-François Débat.

En 2017, les collectivités locales avaient déjà mis la main au portefeuille : à hauteur de 1,2 million d'euros (600 000 euros pour le conseil régional, 300 000 euros pour le Département et 300 000 autres euros pour la communauté d’agglomération  du Puy-en-Velay). C'est donc 1 million d'euro de plus qui est sur le point d'être accordé par la Région à Vianney d'Alançon. "Ce sont donc plus de 2 millions d'euros d'argent public qui sont venus consolider le patrimoine d'une personne privée. L'argent du contribuable n'a pas à enrichir le patrimoine immobilier d'une personne privée." 

Dans l'annexe qui est demandé aux élus régionaux de délibérer et de voter, aucun commentaire, simplement un tableau de deux lignes avec le nom de l'association et le montant de la subvention.

Petit Puy-du-Fou

Dans sa déclaration en préfecture, l' "association pour la valorisation du Velay Auvergne et Gévaudan" a pour objet  des "activités de soutien au spectacle vivant". En l'occurence la mise sur pied d'un petit Puy-du-Fou pour "remonter l’Histoire de France" et "traverser les guerres de religion et découvrez le Velay et l’Auvergne paysans".

Si Vianney d'Alançon, le président de l'association et le propriétaire du château de Saint-Vidal, n'est pas connu grand public, si ce n'est des 600 habitants du petit village de Haute-Loire, ce n'est en revanche pas un inconnu de Laurent Wauquiez. Il y a deux ans, quasiment jour pour jour, cet ex-Lyonnais de 33 ans, dévoilait son ambitieux projet, sorte de grande fresque historique, pour faire revivre la forteresse. "Offrir au public un voyage spectaculaire à travers l'histoire de France". A ses côtés, Laurent Wauquiez, tout sourire, qui vantait un "défi, un vrai pari (...) important pour Saint-Vidal, c'est la renaissance d'un lieu". Le président d'Auvergne-Rhône-Alpes avait alors promis que la Région serait "un partenaire important" défendant que le projet de Vianney d'Alançon était "un formidable levier touristique, un projet pédagogique et aussi un voyage dans le temps qui recourt aux dernières technologies". Chose promise, chose due.

Un châtelain proche des tradis

Vianney d'Alançon a fondé la maison de joaillerie Laudate, spécialisée dans les médailles de baptême, en vente à proximité du Bon Marché, au coeur de Versailles et dans le Carré d'Or de Lyon. Laudate fait la promotion de ses médailles en or 18 carats sur le site traditionaliste chrétien "Salon Beige", considéré par de nombreux médias comme proche de l'extrême droite. Vianney d'Alançon a été marié par Monseigneur Dominique Rey, évêque de Toulon-Fréjus qui, en 2015, lors de l'université de son diocèse, avait invité Marion Maréchal-Le Pen. Le site d'actualité chrétien "La Vie" qui avait révélé l'information s'était alors interrogé : "Faut-il inviter Marion Maréchal-Le Pen à débattre dans une université d'été catholique ?". "Pour la première fois, un élu du Front national de premier plan est invité à prendre la parole en tant que catholique lors d'une rencontre organisée par des représentants de l'Eglise, dont l'évêque Mgr Dominique Rey. Les organisateurs, qui ont invité aussi des élus de droite et de gauche, soulignent leur volonté de promouvoir le dialogue." Pour la rénovation de son château de Saint-Vidal, Vianney d'Alançon s'est rapproché de son ami, le prince paysagiste François d'Orléans, comte de Dreux, fils du prince Michel, membre de la maison d'Orléans.

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut