Ryad Fghani Pockemon © Tim Douet_012
Ryad Fghani © Tim Douet

Charlie Hebdo : Riyad Fghani des Pokemon Crew réagit

Le directeur artistique des Pokemon Crew, Riyad Fghani, a encore “du mal à croire” à l’attentat qui a touché mercredi Charlie Hebdo. Il dénonce des “gens faibles, attachés à rien du tout, surtout pas à l’islam”.

Riyad Fghani, directeur artistique des Pokemon Crew, a exprimé sa tristesse après l'attentat qui a endeuillé Charlie Hebdo mercredi : "On a du mal à y croire. On se dit encore que ce n'est pas possible. (…) J'ai grandi avec Cabu."

Pour le danseur, l'attaque n'a que peu à voir avec l'islam : "Ce sont avant tout des jeunes de banlieue, en échec scolaire ou au chômage. Ils sont en plein désarroi, ont raté leurs études."

"Ce sont des gens faibles qui n'ont rien, (..) ne sont attachés à rien du tout, surtout pas à l'islam, ajoute Riyad Fghani. Ils n'allaient pas à la mosquée, ou alors dans des mosquées pirates. Quand je vais à la mosquée, je n'entends pas de prêches de haine." L'engagement djihadiste, "ça leur donne l'occasion de prendre les armes, de devenir important, même si c'est de l'arnaque."

Radicalisation par Internet

Le Web et les réseaux sociaux facilitent cette radicalisation : "Ils sont en pleine paranoïa, ce que j'appelle l'effet Caliméro. Avant, ces gens brûlaient des voitures. Mais, maintenant, avec Internet, il est facile d'avoir des contacts avec des gens du Yémen ou d'Irak."

“Il faut de l’espoir, mettre en avant des exemples”

Riyad Fghani craint surtout que les musulmans ne soient les premières victimes du climat instauré par l'attentat : "L'amalgame est déjà fait pour les gens. (…) Les gens n'ont pas peur de moi quand je suis sur scène mais, dès que je remets des habits normaux... Il y a un ras-le-bol qui va s'exprimer dans deux-trois ans, dans les urnes."

Sortir de cette situation sera difficile : "Il faut de l'espoir, mettre en avant des exemples, contrer ce qui se dit. (…) On ne voit que du négatif alors qu'il y a des gens de banlieue qui réussissent."

à lire également
Empreintes papillaires, profil ADN, vidéo-surveillance, bornage téléphonique... les fonctionnaires du renseignement et d'enquête placé sous le commandement de la SDAT et de la section anti-terrorisme du parquet de Paris, mettent tous les moyens techniques en oeuvre pour retrouver le principal suspect après l'explosion d'un colis piégé, ce vendredi, à Lyon. 
Faire défiler vers le haut