Cannabis social clubs : police en pétard, braqueurs sur les dents

Les consommateurs et cultivateurs de marijuana réunis en "associations autogérées" doivent faire face à la recrudescence de vols à main armée et de descentes de police.

"Il semblerait que nos récentes sorties médiatiques nous portent directement préjudice, expliquent les fondateurs des "cannabis social clubs" made in France. Il nous faut accuser le coup, parce que les choses se compliquent sévèrement." Les cannabis social clubs, c'est un peu comme des clubs de bridge... à la différence – de taille – que les membres n'y jouent pas aux cartes mais récoltent et consomment de la marijuana. Une activité parfaitement illégale, et passible pour ces "sociétaires" de 30 ans de prison et 7,5 millions d’euros d’amende, le Code pénal punissant durement la production et la fabrication de stupéfiants en bande organisée.

Bras de fer

Depuis quelques mois, un peu partout en France, des consommateurs réguliers de marijuana montent des coopératives pour planter et partager leur récolte, et ne plus dépendre ni alimenter l’économie souterraine. On en compte aujourd'hui entre 150 et 200, éparpillés sur tout le territoire. À l'échelon local, Saint-Étienne compte d'ailleurs l'un des plus gros cannabis social clubs de l'Hexagone. La production de ces "associations autogérées de consommateurs d'herbe" représente 3 à 5 tonnes d’herbe par an.

Parfaitement illégaux, ces cannabis social clubs et leurs 2.000 membres sont passibles de la cour d'assises. "On prend plus de risque quand on fait pousser un plant de cannabis pour sa consommation personnelle que quand on soutient l'économie souterraine, lorsqu'on va acheter de la résine ou de l'herbe dans la rue ! Nous entendons donc engager un bras de fer avec les autorités", expliquent Farid Ghehiouèche et Dominique Broc, les fondateurs du concept.

L'idée : se déclarer en préfecture d'ici janvier prochain, et semer la zizanie en relançant le débat – avorté – sur la dépénalisation/légalisation contrôlée du cannabis. Les services de police ont, semble-t-il, pris les devants. Plusieurs descentes ont d'ores et déjà eu lieu dans plusieurs cannabis social clubs. Sans compter les vols nocturnes sans violence et les braquages à main armée. La production annuelle d'herbe des cannabis social clubs représente entre 16 et 24 millions d'euros.

Lire aussi Cannabis : les autoproducteurs défient Hollande

à lire également
Certains CRS de la région Auvergne-Rhône-Alpes viennent de rejoindre pour la première fois le syndicat CFDT Alternative-Police. Ils se plaignent de ne plus pouvoir exercer le métier pour lequel ils ont été formés. "C’est une réelle envie de changement que l’on a voulu provoquer au sein des CRS puisque nos trois syndicats historiques n’apportaient plus […]
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut