Campagne de lutte contre le mariage forcé

Dans le cadre de la journée internationale contre la violence faite aux femmes, Lyon Capitale et Sud Radio soutiennent la campagne d’information de lutte contre le mariage forcé.

Le 11 mars 2013, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des Femmes et Hélène Conway-Mouret, ministre déléguée chargée des Français de l’étranger, avaient annoncé un ensemble de mesures législatives contre les mariages forcés. Depuis le 5 août, il existe un nouveau délit pour protéger les femmes contre les violences : les parents qui trompent leur fille pour l’emmener à l’étranger et lui faire subir un mariage forcé s’exposent désormais à des poursuites, soit 3 ans d’emprisonnement et 45 000 € d’amende (article 222-14-4 du Code pénal).

Un risque accru pendant les vacances

Le risque de mariage forcé augmente pendant la période estivale et les vacances scolaires. Une fois arrivé dans le pays étranger, pressions et menaces peuvent être exercées sur les jeunes filles, les papiers d’identité leur sont généralement retirés, elles ne peuvent plus sortir, se déplacer seules ou ne serait-ce que téléphoner à des amis. Elles peuvent également faire l’objet de violences physiques et de toutes sortes de privations.

Hélène Conway-Mouret invitée de Sud Radio

Afin de lancer cette campagne nationale dans les meilleures conditions, Hélène Conway-Mouret s’était rendue à Londres pour observer le fonctionnement de la cellule britannique mise en place par le Foreign Office et le Home Office. Elle avait par ailleurs lancé une enquête dans l’ensemble des postes diplomatiques pour mettre en place un réseau d’association d’accueil pour les victimes à travers le monde. Hélène Conway-Mouret sera l’invitée de Sud Radio le 25 novembre à 18h00, en direct.

1 commentaire
  1. lavignonnais - ven 22 Nov 13 à 15 h 43

    Selon les statistiques, combien y'aurait-il de mariage forcé en France chaque année?

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut