Caluire : le "vélo fantôme" retiré par les services de la ville

Le deuxième "vélo fantôme", en hommage à un cycliste décédé à Caluire, a été retiré par les services de la ville. Une décision qui a provoqué l'émoi du côté des associations cyclistes.

"Prière de respecter ce vélo blanc à la mémoire d'un cycliste décédé ici". Vendredi 31 janvier, une centaine de personnes se sont rendues au carrefour de la grande rue de Saint-Clair et de la Montée des Soldats à Caluire, pour installer un "vélo fantôme". L'opération était en hommage à un cycliste décédé ici début décembre dans un accident (lire ici).

Le premier vélo posé après ce drame avait disparu. Pour s'assurer que le nouveau reste, le "ghost bike" avait été soudé à une barrière, ce qui ne l'a pas empêché de subir le même destin. Cette nouvelle disparition a provoqué un vif émoi dans la communauté cycliste et les associations de l'agglomération. Une plainte avait été déposée auprès de la police, jusqu'à ce que l'on apprenne que l’enlèvement du vélo fantôme avait été demandé par les services de la ville.

La ville invoque des "raisons de sécurité"

Contactée par Lyon Capitale, la ville de Caluire, dont le maire est Philippe Cochet, confirme que le retrait du deuxième vélo a été réalisé par la police municipale pour des "raisons de sécurité".

"Le vélo était stationné dans un virage, avec une silhouette dessus, c'était particulièrement dangereux. Une voiture qui l'aurait vu à la dernière minute aurait pu faire une embardée sur la gauche et rentrer dans un autre véhicule ou un cycliste", précise la ville. "La personne à qui appartient le vélo pourra le récupérer gratuitement à la fourrière. Si elle veut apporter à nouveau un témoignage sur le carrefour, il faudra faire une demande d'occupation de l'espace public. Il est possible d'avoir un symbole, mais pas là, pas à cet endroit, ce n'est pas possible. Nous pouvons échanger avec les associations avant", complète la ville qui ajoute ne pas être responsable du premier enlèvement.

La question d'un carrefour dangereux 

Cette intersection entre la Grande Rue de Saint Clair, de la route de Strasbourg, de la Montée des Soldats et du Pont Raymond Poincaré est aujourd'hui considérée comme l'un des pires points noirs de l'agglomération de Lyon (lire ici). Aucun aménagement dédié n'est installé à cet endroit pour les usagers vélo, alors qu'en heure de pointe plus d'un cycliste passe ici par minute, un chiffre qui pourrait grimper de manière exponentielle si ce verrou était amené à sauter.

Si quelques études ont été lancées en 2019 pour requalifier le carrefour, rien de concret n'en est ressorti pour l'instant. À quelques semaines du premier tour des élections municipales et métropolitaines, alors que le vélo est à la mode (lire ici), l'avenir de ce point noir pourrait bien prendre une autre dimension.

à lire également
Dans la métropole de Lyon, le vélo est en train de devenir la star du déconfinement. La Ville à vélo a choisi de publier plusieurs cartes des temps de déplacements entre tous les points majeurs du territoire. Ce travail témoigne de l'efficacité du vélo en matière de mobilité. 
Faire défiler vers le haut