Files d’attente pour rentrer dans la Part-Dieu, lundi 16 août. @Jeanne Le Bihan

"C'est n'importe quoi !" : à Lyon, les centres commerciaux s'adaptent tant bien que mal au pass sanitaire

La journée du lundi 16 août a marqué l'entrée en vigueur de nouvelles restrictions dans treize centres commerciaux et grands magasins du département du Rhône et de la Métropole de Lyon. Les clients doivent à présent exhiber le précieux pass sanitaire pour accéder aux complexes. Reportage au Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin, et à la Part-Dieu, à Lyon.

"C'est n'importe quoi cette obligation du pass sanitaire. Même pour aller à Carrefour il faut l'avoir ! C'est impressionnant." Ce lundi 16 août, Adam Martin et Margaux Bozennier n'ont pas pu accéder aux commerces du Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin. En cause, un schéma de vaccination incomplet. Adam n'a reçu qu'une dose, et Margaux a effectué la deuxième il y a seulement quelques jours, trop tôt pour avoir un pass valide. Les agents de contrôle postés à l'entrée du complexe de shopping les invitent donc à contourner les bâtiments pour se faire tester à quelques mètres de là, sur l'avenue de Bohlen. Un ingénieux moyen d'assurer l'entrée aux visiteurs, car si la pharmacie centrale fait bien partie du Carré de Soie, elle n'est ouverte que du côté de la rue et donc accessible par tous. Les clients en repartent généralement avec un QR code valide et peuvent alors faire leurs achats en toute légalité.

D'ailleurs, une longue queue a pris forme devant l'officine lundi après-midi. Pourtant, rue de la Poudrette, à l'entrée principale de la zone commerciale, il n'y a pas foule. Une petite dizaine d'agents assure le contrôle du pass sanitaire, à l'aide de l'application TousAntiCovidVerif. Vêtus d'un gilet de sécurité jaune fluo, ils sont le passage obligatoire pour manger une glace, acheter un sweatshirt ou faire ses courses.

Les premiers pas d'une mesure sanitaire de taille

L'arrêté préfectoral imposant le contrôle du pass a été pris le 13 août, et les centres commerciaux concernés n'ont eu que quelques jours pour préparer leur dispositif d'accueil. Néanmoins, le couperet menaçait de tomber depuis plusieurs semaines déjà. D'abord intégrés dans le projet de loi sanitaire du gouvernement, les complexes de plus de 20 000 m2 avaient échappés de justesse à l'obligation le 5 août. Ces derniers jours, la circulation importante de l'épidémie dans le Rhône a contraint le préfet Pascal Mailhos à durcir les mesures sanitaires, en rétablissant également le port du masque obligatoire dans les lieux où le pass est contrôlé. Au total, l'arrêté adopté porte sur treize centres commerciaux et grands magasins du Rhône, dont douze situés dans la métropole lyonnaise.

"J'ai déjà reçu ma première dose, ça suffit non ?" s'interroge un homme. En quelques minutes, ils sont nombreux à poser cette question au Carré de Soie, et à tenter de marchander avec les agents de sécurité. Pour d'autres, la mesure n'est même pas connue, à l'image d'un jeune homme qui passe le barrage filtrant mains dans les poches et un casque sur les oreilles, lorsqu'il est stoppé dans son élan. Interloqué, il explique ne pas être au courant du contrôle du pass sanitaire. Un autre jeune, âgé de 23 ans, est lui aussi confus. "Il ne faut pas aussi présenter la carte d'identité ?" Les cafouillages aux entrées sont nombreux, alors que leur nombre a été réduit. L'un des chefs de la sécurité exhibe le plan du centre commercial et pointe du doigt les cinq accès restants.

Au Carré de Soie, à Vaulx-en-Velin, les agents de sécurité vérifient les passes sanitaires. La jeune femme qui présente son téléphone est accompagnée d'un homme primovacciné. On leur permet finalement de rentrer dans le centre. @Jeanne Le Bihan

Quelques couacs à éclaircir

Malgré tout, le premier jour reste une épreuve et les exceptions se multiplient rue de la Poudrette. "Je vous fais une faveur pour aujourd'hui" accorde à une famille démunie de pass l'un des membres de la sécurité. "Mais vous comprenez, c'est nous qui allons ramasser ensuite". Les parents et leurs deux enfants en bas âge sont tout de même priés de bien mettre leur masque durant toute leur visite. Lundi 16 août, ce dernier point n'est pas du goût de tous les clients. Dans le Carré de Soie, la plupart des commerces sont directement ouverts sur une grande esplanade centrale et de nombreux visiteurs semblent considérer celle-ci comme un espace ordinaire, où le masque ne serait pas obligatoire, sauf que ce n'est pas le cas.

Quelques kilomètres plus loin, dans le troisième arrondissement de Lyon, le plus grand centre commercial français est lui aussi soumis au contrôle du pass sanitaire. Devant la Part-Dieu, une employée contrôle notre pass et nous laisse entrer. Brusquement, trois jeunes se glissent dans l'ouverture créée le temps de la vérification du QR code. La jeune femme les interpelle, mais deux d'entre eux, à l'apparence juvénile, déclarent être mineurs. Le troisième commence à faire demi-tour, mais se ravise et hoche lui aussi la tête avant de s'engouffrer par l'entrée principale. Les agents de sécurité n'étant pas habilités à contrôler les pièces d'identité, ils sont bien obligés de croire les clients sur parole. Les adolescents de 12 à 17 ans ne sont en effet pas concernés par cette mesure jusqu'au 30 septembre prochain.

Malgré des réticences, un système fonctionnel

Devant le complexe qui appartient à Unibail-Rodamco-Westfield, les contrôles se font dans une organisation impeccable. Trois files d'attente ont été créées boulevard Marius Vivier Merle, et elles sont bien remplies en ce milieu d'après-midi. Un à un, les agents scannent le justificatif, que la plupart des visiteurs ont sur leur téléphone. À l'intérieur de la Part-Dieu, une foule dense se presse malgré la période estivale et les clients portent au bras les sacs des enseignes installées dans le centre commercial. Beaucoup de familles sont venues profiter de l'espace climatisé et les visiteurs flânent le long des couloirs en quête de boissons fraîches, de glaces ou d'autres produits.

Au niveau inférieur, la liaison avec le métro B est fermée au public. Depuis la ligne de transport, des agents en gilet rouge ont été positionnés et indiquent la marche à suivre : "Mesdames, messieurs, c'est dans cette direction ! La sortie vers le centre commercial est fermée". Ce sont les mêmes habits que revêtent les agents de contrôle mobilisés aux autres entrées. Le groupe commercial a dû employer des prestataires, en plus du personnel habituel qui a d'ailleurs inscrit "sécurité incendie" sur son uniforme.

Ceux qui se distinguent, en costume et cravate, ont été engagés de l'extérieur. Le même système a été mis en place au Carré de Soie, où tous les agents installés aux entrées appartiennent à la société lyonnaise APR Security. Ils sont près d'une vingtaine à Vaulx-en-Velin, même si le chef de l'équipe ne peut assurer le nombre exact.

Dès ce lundi, les deux centres commerciaux ont déployé des agents à chaque entrée. À la Part-Dieu, la stratégie repose sur le contrôle des automobilistes avant l'accès au parking. Au Carré de Soie, deux prestataires sont mobilisés aux sorties du parking, sauf au troisième étage où le passage est bloqué par deux grands panneaux interdisant l'accès. La Part-Dieu, à l'instar du centre commercial de Confluence qui appartient à la même entreprise, prévoit d'installer des contrôles par automates dans les semaines à venir. En attendant, comme à Vaulx-en-Velin, les départs estivaux facilitent la mise en place et le rodage de ces nouvelles mesures.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure
Faire défiler vers le haut