vue de Lyon la nuit
Pont du palais de justice 24 colonnes © Tim Douet

Bientôt une esplanade juge Renaud à Lyon ?

Assassiné en 1975, le juge François Renaud va-t-il enfin avoir un lieu à son nom à Lyon ?

L'esplanade de l'ancien palais de justice devrait porter le nom du juge François Renaud, comme le révèle journaliste Richard Schittly dans le Progrès du 25 novembre.

44 ans après sa mort, le juge assassiné n'avait toujours pas un lieu portant son nom à Lyon. L'ancien préfet Pierre Richard et l'ancien juge et homme politique Georges Fenech en avaient fait la demande à la ville qui a répondu favorablement. Une délibération devrait être votée prochainement au conseil municipal.

Le shérif

Surnommé "le shérif", François Renaud s'était taillé une solide réputation à la fin des années 60 à Lyon. En 1973, lors d’émeutes à la prison Saint-Paul, les mutins scandent : “Re-naud, Re-naud, on aura ta peau !” Dans les années 1970, François Renaud s’empare de sa dernière affaire : celle du Gang des Lyonnais. Cette bande dirigée par Edmond Vidal est soupçonnée de plusieurs braquages, dont celui de Strasbourg le 30 juin 1971. Le gang aurait dérobé ce jour-là 11 680 000 francs, le casse du siècle pour les médias de l’époque. Le gang est arrêté en décembre 1974.

L’enquête avancera peu, les preuves sont rares. Le juge Renaud ne la bouclera pas. Le 3 juillet 1975, vers 2 heures et demie du matin, le “shérif ” rentre chez lui, montée de l’Observance, avec sa compagne. Il gare sa BMW non loin de son domicile. Une Audi 100 arrive à vive allure, des hommes cagoulés en sortent. Dans un dernier acte de résistance, François Renaud protège Geneviève et tente d’échapper à ses bourreaux. Ils se réfugient derrière une Coccinelle blanche. Un tueur les trouve. Le juge est abattu de trois balles, dont une à bout portant. Le “shérif ” est mort, premier magistrat abattu en France depuis la Seconde Guerre mondiale. Ses assassins ne seront jamais retrouvés, en 1992, le juge Georges Fenech rend une ordonnance de non-lieu.

 

Lire aussi :

Lyon 3 juillet 1975  : le juge Renaud résiste une dernière fois

Laisser un commentaire

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut