berges de saone

Berges de Saône : lier l'insertion au développement durable

Depuis juin 2010, une équipe de jeunes gens en réinsertion s'attelle à remettre en état les berges de Saône et les entretiennent tous les 15 jours. Un projet initié par la Ville de Lyon, le Grand Lyon et l'association Rhône emploi et Développement (Reed).

Les berges étaient en friche et faisaient office de décharge sauvage pour les encombrants. L'association Reed et ses membres salariés les ont totalement nettoyées et rendues de nouveau attrayantes. Les Voies Navigables de France, propriétaires, n'avaient jusqu'alors jamais fait l'effort de tenir les lieux propres et fréquentables. Les brigades vertes, sous l'égide du Conseil général, passaient une fois par an, ce qui ne suffisait pas. Puis, il y a deux ans, l'Hôtel du Département a décidé de ne plus financer l'entretien, même succin, des berges de Saône. Dans le cadre de l'Opération Rives de Saône, la ville de Lyon a alors fait appel à l'association Reed pour prendre le relai. Depuis, une équipe de six jeunes en insertion se charge de débroussailler, nettoyer et tailler la verdure qui longe la rivière sur sa rive gauche.

Comme le souligne Philippe Prieto, délégué au développement durable à la ville de Lyon, ce projet a plusieurs répercussions positives : il a d'abord un impact environnemental, "les gens salissent et polluent plus facilement quand le lieu est en friche". Grâce à l'entretien des berges, une baisse considérable de la présence de déchets a été observée. L'impact est également urbain, puisque, les berges rénovées, c'est un nouvel espace vert qui est proposé aux Lyonnais. Enfin, l'impact est social. Si l'idée n'est pas nouvelle, la réinsertion des jeunes en difficulté par le biais d'un emploi encadré est toujours à saluer. Ils sont formés, sensibilisés à leur emploi, et encadrés par des professionnels. Une opération en tous points réussie qui pourrait faire des petits et donner des idées aux acteurs locaux de la réinsertion professionnelle.

à lire également
Xi Jinping, le jour du vote de la nouvelle Constitution chinoise – Pékin, 11 mars 2018 © Greg Baker / AFP
Dans cette tribune libre, les chercheurs Jean Ruffier et Rigas Arvanitis questionnent le pouvoir économique du nouvel homme fort chinois, qui se compare à Mao Zedong et utilise les mêmes formes d’exercice du pouvoir (culte de la personnalité, contrôle politique et répressif de l’opinion publique et intellectuelle et des voix discordantes). Venu au pouvoir au nom de la lutte contre la corruption, Xi Jinping saura-t-il satisfaire les citoyens du nouveau géant économique mondial qu’est devenue la Chine ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut