Jean-Michel Aulas
© Tim Douet

Aulas peaufine son OL Land avec une augmentation de capital

OL Groupe a annoncé lundi soir avoir ouvert une procédure d'augmentation de capital de 52 millions. Cette opération boursière doit permettre à son président Jean-Michel Aulas de trouver des fonds pour mener à bien des opérations connexes au Grand Stade de Décines-Charpieu.

"Avec cette augmentation de capital, nous allons continuer le développement du groupe et notamment la construction d'un nouveau centre de formation à Meyzieu qui sera encore plus moderne et d'un centre d'entraînement pour les équipes masculines et féminines à côté du stade. Nous utiliserons aussi ces ressources pour des travaux de finition du stade et d'aménagement intérieur", explique le président de l'Olympique lyonnais.

La construction du centre d'entraînement était jusqu'alors repoussée à un horizon un peu plus lointain. L'augmentation de capital de 52 millions d'euros servira aussi à refinancer un plan d'achat d'obligation auquel avait majoritairement souscrit Jean-Michel Aulas et Jérôme Seydoux via leurs sociétés respectives. Ces deux opérations avaient permis de trouver des fonds pour la construction du nouveau stade de l'OL. Lors d'une conférence de presse, Jean-Michel Aulas a d'ailleurs tenu à rappeler que son club prendrait possession de son nouvel outil de travail au plus tard début 2016. Jean-Michel Aulas et Jérôme Seydoux remettront, via leurs sociétés ICMI et le groupe Pathé, la main à la poche lors de cette augmentation de capital.

Les obligations contractées par les deux hommes forts de l'OL ne seront pas converties en action pour le moment. Cette démarche aurait eu pour conséquence de faire exploser leur part dans l'actionnariat du groupe. Et notamment celle de Jérôme Seydoux qui aurait, alors, été en passe de devenir l'actionnaire majoritaire de l'Olympique lyonnais. "Je vais resouscrire à cette augmentation de capital à hauteur de 34,2 % et donc rester l'actionnaire principal", a confié Jean-Michel Aulas. L'augmentation de capital se clôturera fin juin 2015. Elle est garantie par la banque Natixis.

à lire également
Les images sont spectaculaires. Des dizaines de fumigènes ont été craqués en même temps sur des ponts de la Saône vendredi soir. Des feux d’artifice étaient même visibles.
3 commentaires
  1. prdepoint - 5 mai 2015

    'Opérations connexes' : on aurait été reconnaissant à M. Aulas de financer également lui-même la prolongation du Tram qui servira quasi-exclusivement son stade, prolongation que son grand ami Gérard Collomb fait financer au contribuable.

  2. franjo - 5 mai 2015

    'Nous utiliserons aussi ces ressources pour des travaux de finition du stade et d'aménagement intérieur'. Traduction : on doit faire face à de gros dépassements sur les travaux du stade (comme dans tout chantier) et comme on avait monté un plan de financement ric-rac, on est obligé de ramener du pognon. En plus comme on va faire une nouvelle grosse perte au 30 juin - la 6ème consécutive - on est bien obligé de recapitaliser. Et tant pis pour les petits actionnaires.

  3. Abolition_de_la_monnaie - 6 mai 2015

    La dernière fois qu'ils ont fait appel au 'marché', celui ci leur a dit : 'non' et ils n'ont récupéré que 10% de la somme voulue... Je suis curieux de voir si le 'marché' a évolué... M. Aulas mise sur le fait qu'il est sûr de faire 'la ligue des champions' l'année prochaine pour faire croire que son stade sera rentable... Mais déjà qu'il a du mal à remplir Gerland quand il est 1er au championnat, et qu'il doit faire des billets à 6 euros pour presque y arriver... Comment trouver 18 000 spectateurs supplémentaires pour des billets qui seraient à 100 euros ? (je viens de regarder les tarifs... 1/2 finale à Munich : de 400 Euros à 800 la place ! Y'aurait des français pour payer autant ???? Société du spectacle, il faut vendre du rêve... Mais à Lyon il n'y a pas le marché pour.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut