Après le pic de pollution mardi et mercredi à Lyon, la qualité de l'air peut-elle encore se dégrader ce week-end ?

Un épisode de pollution à l’ozone a eu lieu mardi 15 et mercredi 16 juin dans le bassin lyonnais. La mise en place de la circulation différenciée a été décidée. La qualité de l'air s'est améliorée depuis. Peut-elle se dégrader ce week-end avec la chaleur et l'alerte orange canicule dans le Rhône ?

Pour réduire les émissions de polluants, la circulation différenciée a été instaurée à Lyon, Caluire et Villeurbanne le mercredi 16 juin au matin. Pour deux jours. Jusqu'à jeudi après-midi. Un épisode de pollution à l’ozone a eu lieu mardi 15 et mercredi 16 juin dans le bassin lyonnais.

Et ce week-end ? Avec la chaleur et un département du Rhône en vigilance orange canicule. "Samedi 19 juin, les conditions météorologiques restent favorables à la formation d’ozone. Les poussières désertiques venant d’Afrique devraient impacter la partie alpine sud du territoire. Les concentrations de particules PM10 pourraient augmenter sans toutefois dépasser le seuil d’information et de  recommandation fixé à 50µg/m3. La qualité de l’air pourrait être globalement dégradée voire mauvaise sur la partie Est de la région en lien avec les concentrations d’ozone", explique le laboratoire Atmo Auvergne-Rhône-Alpes.

"Dimanche 20 juin, Les températures baissent avec l’arrivée d’averses parfois orageuses. La formation d’ozone devrait être limitée et les concentrations devraient baisser. La qualité de l’air pourrait être moyenne à dégradée", précise le laboratoire.

Ce vendredi, la qualité de l'air est "dégradée" à Lyon.

Faire défiler vers le haut