Alerte à la canicule : la préfecture appelle à la vigilance

Alors que, depuis hier et jusqu'à mercredi, Météo France a placé le département en alerte orange, la préfecture a décidé aujourd'hui d'enclencher le niveau 2 du plan canicule. Toutefois, les autorités se veulent rassurantes, affirmant que la situation n'a rien de comparable à celle de 2003.

Dimanche, le thermomètre a atteint 37èmeC dans le lyonnais. Une chaleur qui risque de se prolonger jusqu'à mercredi avec des températures dépassant 34èmeC en journée et 20èmeC la nuit. Afin que le scénario tragique de 2003 ne se reproduise pas, Météo France a placé hier le département en alerte orange, mobilisant ainsi tous les intervenants liés de près ou de loin à la santé des personnes âgées. Premières concernées, les maisons de retraites qui ont dû activer leur plan canicule.

Malgré ces mesures, les personnes isolées restent les plus vulnérables. C'est pourquoi la préfecture a lancé ce matin, à l'occasion du déclenchement du niveau 2 du plan canicule, un " appel à la solidarité et à la vigilance à l'ensemble de la population ". Parents, amis, voisins, tous doivent veiller à prendre des nouvelles des personnes âgées de leur entourage. Une mesure d'autant plus indispensable que les personnes âgées ont une perception moindre de la chaleur et ne possèdent pas toujours les réflexes qui consistent à boire plus et rester au frais. En dehors de cet appel, le passage au niveau 2 du plan canicule est avant tout une formalisation des mesures déjà enclenchées par l'alerte orange de Météo France.

Concernant la journée de mercredi, qui promet d'être la plus chaude, un appel est également lancé à l'ensemble de la population. " Evitez de sortir entre 10h et 18h " rappelle Joël May, directeur départemental des affaires sanitaires et sociales. Les enfants sont particulièrement vulnérables. Les sportifs et ceux qui travailllent dehors sont les premiers invités à boire et à se protéger du soleil. La préfecture rappelle par exemple qu'en 2007 un ouvrier est mort de la chaleur en Saône-et-Loire.

Toutefois, la situation actuelle n'a rien d'alarmant. A la différence de 2003 où la canicule avait duré dix jours, l'épisode de chaleur que le département s'apprête à connaître sera intense mais court, donc plus facile à maîtriser. Hier, aucune effervescence particulière ne se dégageait de l'activité du Samu et des urgences. Le passage au niveau 2 du plan canicule permettra de déceler toute évolution inquiétante de la situation. Ce dispositif permet en effet de centraliser toutes les informations relatives notamment à l'évolution de la mortalité chez les personnes vulnérables. Cet épisode caniculaire est le troisième depuis 2005.

Mathilde Boussion

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut