Célestins salle © Tim
La salle rouge et or du théâtre des Célestins © Tim Douet

Agenda : que faire à Lyon ce week-end des 27, 28 et 29 décembre ?

Opéra, expositions, théâtre, mêlées fermées ou ouvertes, l’essentiel sera d’être au chaud pour cette fin d’année à Lyon. Lyon Capitale a sélectionné quelques activités à faire ou à refaire ce week-end à Lyon.

Le Roi Carotte à l'Opéra

Ce vendredi à 19h30, l'Opéra de Lyon va jouer Le Roi Carotte de Jacques Offenbach. Un opéra-bouffe féerique qui mêle fantastique et merveilleux et rend grâce à la diversité des styles musicaux d'Offenbach,  mise en scène de Laurent Pelly et dialoguée par Agathe Mélinand. L'histoire est celle du chef des légumes Fridolin XXIV de Krokodyne, déchu par le génie Robin-Luron et remplacé par le despotique et populiste Roi Carotte. Firdolin est alors confronté à toutes sortes d'aventures loufoques et merveilleuses : des maléfices de la sorcière Coloquinte à sa rencontre avec l'enchanteur Quiribi et Rosée-du-Soir. Ceux-ci lui viennent en aide pour retrouver son trône et renverser le tyrannique Carotte.

Plein tarif : 16 à 110€  Tarif réduit (jusqu'à 28 ans révolus, demandeurs d'emploi, bénéficiaires d'aides sociales et porteurs de carte d'invalidité) : 10 à 55€ durée 2h45. 

Se faire une pièce de théâtre

À Lyon, les innombrables cafés-théâtre et salles jouent en cette fin d'année 2019. L'occasion d'apprendre, de s’émouvoir, de rire, de s'interroger ou encore de voyager sans quitter la ville. De l'Espace Gerson, en passant par la comédie Odéon, l'Espace 44, le théâtre des Celestins,  Les clochards celestes, Lulu sur la colinne, et tant d'autres, vous trouverez forcément votre bonheur. 

Visite du théâtre des célestins 

Classé à l’inventaire supplémentaire des bâtiments historiques, le théâtre ouvre ses portes le week-end. L'occasion  de découvrir la magnifique salle à l’italienne et l’envers du décor de ce théâtre mythique de Lyon. Créé en 1881, le lieu a gardé son authenticité d'origine. Rénové en 2005, il revêt depuis ses plus beaux atours.

Visite guidée à 10h30 samedi 28 décembre. Sur réservation (durée 1h30) : 8 € plein tarif / 5 € - de 26 ans.

Dernière relance pour le LOU avant 2020

Après un début de saison en fanfare, le LOU Rugby va rencontrer Bayonne pour terminer l'année 2019 en beauté. Les joueurs de Pierre Mignoni, sur une série de deux défaites d'affilée en championnat, auront à cœur de conserver leur deuxième place. Et pourquoi pas de récupérer la première en cas de défaite de Bordeaux-Bègles à Pau ? 

Lou vs Bayonne, 14h, stade de Gerland (Lyon 7e). Billetterie ici. A partir de 5€. 

Portraits de Lyon, la nouvelle exposition au musée Gadagne

L’exposition Portraits de Lyon a ouvert ses portes ce mercredi. Une balade autour du récit synthétique de l’histoire de la capitale des Gaules. L’exposition est structurée autour de trois grandes questions : Peut-on définir Lyon ? Comment Lyon est devenu Lyon ? Et Lyon aujourd’hui ? Elle met en scène l’histoire de Lyon en mêlant données historiques et géographiques, objets de collection ou symboliques, personnages témoins fictifs, films immersifs ou d’animation.

Du 4 décembre 2019. Tarif : 8€, réduit 6€. Week-end d’ouverture exceptionnellement gratuit les 7 et 8 décembre 2019 à l’occasion de la Fête des lumières.

La Biennale toujours ouverte

La Biennale d'art contemporain continue à Lyon jusqu'au 5 janvier prochain. Un événement à découvrir au sein des usines Fagor sur 29 000 m2 ainsi qu'au musée d'art contemporain de Lyon. Pour cette 15e édition intitulée “Là où les eaux se mêlent”, Lyon Capitale vous propose deux focus sur les œuvres de deux des 47 artistes exposés durant cette Biennale.

Du mardi au vendredi, de 11h à 18h, le week-end de 11h à 19h. Plein tarif : 17€, Tarif réduit : 9€

La ville imaginaire de Tony Garnier

Depuis le 16 octobre, les archives municipales de la ville de Lyon consacrent une exposition au travail de l'architecte Tony Garnier et de sa collaboration avec le maire de l'époque à Lyon : Tony Garnier.La première partie de l'exposition retrace sa formation technique au collège de la Martinière, puis son apprentissage de l’architecture dans les écoles des Beaux-Arts de Lyon et de Paris et enfin à Rome, où il se révèle avide de modernité. La seconde partie, propose une immersion au sein de l'oeuvre de Tony Garnier de sa “ville neuve” à la “cité industrielle”.

Entrée libre, du mardi au samedi de 13h à 18h.

Dépoussiérage au musée des Beaux-Arts

S’il est un sujet académique par excellence, le drapé pourrait manquer cruellement de fantaisie. Pourtant, à partir d’une sélection de plusieurs œuvres de belle facture de sa collection, le musée des Beaux-Arts de Lyon réussit le pari de dépoussiérer cet objet iconique. Ainsi, aux côtés d’études de Dürer, Michel-Ange, Le Brun ou Degas, la présence d’œuvres plus contemporaines (photographies de Man Ray et Mathieu Pernot, “emballages” de Christo) contribue à mettre en évidence la fascination authentique de plusieurs générations d’artistes pour la fugacité du tissu, entre présence du corps, lumière et mouvement.

Drapé – Du 30 novembre au 8 mars au musée des Beaux-Arts

–> Nocturne “Draper le corps en mouvement” avec Joana Schweizer le 3 janvier (réservation à partir du 4 décembre)

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut