AFFAIRE RHODIA : LA CHIMIE LYONNAISE ENGAGEE DANS UN MAUVAIS POLAR

En pleine déconfiture financière, Rhodia avait accordé, via son conseil d'administration, une rondelette retraite à son PDG de 52 ans. Selon la plainte déposée par un actionnaire minoritaire, Hugues de Lasteyrie, cette somme aurait été distribuée sur la base d'un contrat de travail inexistant. Outre cette enquête, le même Jean-Pierre Tirouflet devra prochainement s'expliquer sur des ventes et des achats suspects de titres au préjudice de Rhône-Poulenc. Plus grave : il est aussi au coeur d'une enquête pour "présentation de comptes inexacts, diffusion d'informations fausses et mensongères sur la situation d'un émetteur coté sur un marché réglementé". Deux actionnaires minoritaires, Edouard Stern et Hugues de Lasteyrie accusaient en effet la société d'avoir dissimulé la situation réelle de Rhône-Poulenc au moment de sa scission en 1999 en deux entités, Rhodia, pour la chimie et Aventis pour la pharmacie (lire encadré).

Cette affaire a pris la tournure d'un mauvais fait divers puisque les deux plaignants sont morts dans des circonstances troubles. Edouard Stern, le banquier suisse a été assassiné à son domicile en mars 2005. En juillet dernier, Hugues de Lasteyrie est décédé, à Paris, à 58 ans, d'une crise cardiaque, après une journée passée auprès de la police judiciaire française dans le cadre de l'instruction judiciaire. L'annonce de cette nouvelle instruction judiciaire n'a pas surpris la CGT : "On n'est plus étonné par le fonctionnement d'un système financier opaque, explique Jacques Lacaille, délégué syndical à Rhodia Engineering Plastics. Par contre, ce qui nous interroge, c'est la vitesse d'escargot de la justice alors que l'AMF (l'autorité des marchés financiers, ndlr) a conclu dès 2004 a des irrégularités". La possible implication de l'ex-ministre de l'économie,Thierry Breton, et de l'actuel PDG de Vivendi, Jean-René Fourtou, n'y est peut-être pas étrangère. Ces deux personnalités étaient membres du conseil d'administration à l'époque où l'affaire s'est nouée.

à lire également
C’est officiel, Safran a choisi Feyzin pour implanter sa prochaine usine, aidé dans sa décision par le tapis rouge que l’État et les collectivités locales ont déroulé. Au terme d’une route pavée de rivalités politiques, de concurrence internationale et de bonnes intentions, 25 millions d’euros de deniers publics ont été débloqués pour attirer l’industriel. Un effort considérable qui pose la question suivante : jusqu’où les pouvoirs publics sont-ils prêts à aller pour réindustrialiser la région ?
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut