A45 : Un projet validé mais qui n'est pas prêt de voir le jour

Ce mardi 27 juin, le Conseil d'État a rendu un avis favorable au projet d'autoroute A45, qui relierait Saint-Étienne et Lyon. Un projet pour désengorger l'A47, mais qui ne ravit pas tout le monde, loin de là.

Après des années de discussions, le projet de l'A45 semblerait enfin se dessiner de manière plus claire. Dès les années 90, ce projet reliant Lyon et Saint-Étienne est évoqué. De nombreuses analyses plus tard, c'est en 2012 que les premiers appels d'offres sont lancés. Appels auxquels répond Vinci en 2015. Le projet a été validé ce 27 juin, et les promoteurs comme les métropoles de Lyon et de Saint-Étienne espèrent voir cette autoroute mise en circulation d'ici à 2022.

Une marche pour manifester

Mais bien que validé par le Conseil d'État, le projet de l'A45 n'est pas encore véritablement lancé. En témoignent les nombreux opposants qui se sont réunis le jour-même de la validation, en plein de cœur de Saint-Étienne. Ils ont entamé une marche pour montrer leur mécontentement. Cette marche devrait s'achever le 4 juillet devant l'Hôtel de Régions, à Lyon. Remontés, ils en appellent au ministre de l’Écologie pour s'opposer à ce projet, affirmant que la future autoroute détruirait les ressources rurales et agricoles de la région. Nicolas Hulot quant à lui n'a pas souhaité s'exprimer sur le sujet. Présent à Confluence le 26 juin pour sa première visite de terrain, il a affirmé : "Vous imaginez bien qu'il n'y a pas un département ou une région de France où il n'y a pas des sujets complexes avec des points de vue très différents, très passionnels. […] Donc, là je ne peux pas prendre tous ces sujets immédiatement et les trancher un par un. […] Je vais les prendre, évaluer d'abord la pertinence des arguments des uns et des autres et évaluer aussi les situations juridiques." Invité par les opposants à se rendre aux festivités organisées ce week-end à Saint-Maurice-sur-Dargoire, le ministre de l’Écologie a certifié de ne pas être au courant de cette invitation, précisant tout de même qu'il s'emparera du cas de l'A45 : "Je vais d'abord étudier le sujet. Mon sentiment, simplement, c'est qu'il y a des choix à faire dans les investissements. […] Soit on considère que l'engagement climatique est un petit engagement parmi d'autres, soit on considère effectivement que c'est l'enjeu majeur du XXIe siècle et il y a un certain nombre de priorités qui vont s'inverser. C'est simplement ce que je veux dire à ce stade là."

Les opposants de l'A45 organisent ce week-end un « événement festif » à Saint-Maurice-sur-Dargoire pour sensibiliser à leur cause. Au programme, des ateliers et des rencontres pour présenter des alternatives à la circulation automobile, mais aussi des concerts et des ateliers ludiques.

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut