@Idées en commun

À Villeurbanne, Anne Hidalgo fait un pas de plus vers les présidentielles de 2022

Si la maire de Paris n’a pas annoncé officiellement qu’elle se lançait dans la course à la présidentielle de 2022, son discours et son comité de soutien réuni à Villeurbanne, dans la métropole de Lyon, trahissaient ses ambitions réelles.

C’est à Villeurbanne, à côté de Lyon, la ville où elle a grandi, qu’Anne Hidlago a décidé de se lancer dans la course à la présidentielle. Ce lundi, ses soutiens se retrouvaient pour une journée de travail en vue d’élaborer un programme pour l’élection présidentielle de 2022. La maire de Paris a clôturé la journée par un long discours qui avait tout de celui d’une candidate à l’élection présidentielle. Il n’a finalement manqué que l’annonce officielle de sa candidature. “Ça viendra plus tard. Aujourd’hui, il fallait rassembler la famille et montrer que tout le monde est derrière elle”, glisse une élue lyonnaise.

Le PS unie (ou presque) derrière Anne Hidalgo

Sur les photos, la famille socialiste est presque au complet. Seuls les hollandais manquaient à l’appel lundi au CCVA de Villeurbanne. Olivier Faure, premier secrétaire du parti, était présent apportant l’onction officielle du PS prêt à se ranger derrière la maire de Paris. Martine Aubry n’était pas présente, mais l’a soutenu à distance. Mais c’est une nouvelle génération de socialistes qu’Anne Hidalgo a voulu mettre en avant ce lundi : les maires élus en juin 2020 comme Michaël Delafosse (Montpellier), Cédric Van Styvandael (Villeurbanne), Mathieu Klein (Nancy) ou Carole Delga, largement réélue à la présidence de la région Occitane il y a trois semaines. Cette dernière était potentiellement la seule à pouvoir se mettre sur la route d’Anne Hidalgo pour l’obtention de l’investiture socialiste. “Cette belle équipe de France des maires et des élus sur laquelle je m’appuie pour bâtir”, sourit Anne Hidalgo à la tribune.

Prendre de l'avance sur les verts

Ce lundi et à la fin de cette journée villeurbannaise rien ne semblait plus s’opposer à la candidature de la maire de Paris. “Il fallait passer en force pour unifier le PS. Elle est lancée et les écologistes vont se diviser avec leur primaire en septembre. Pendant ce temps, Anne Hidalgo va avancer. Elle est très écolo et elle est plus connue que les candidats verts. Aux dernières régionales, nous avons gardé toutes nos régions et obtenu plus de voix qu’EELV”, sourit un parlementaire socialiste pour qui l’espoir renaît en ce début d’été.

Un discours de candidate mais pas d'annonce de candidature

Anne Hidalgo se place d’ailleurs sur le terrain des écologistes dans son discours. “Les Françaises et les Français vont devoir choisir leur destin. Ce choix sera décisif, face au changement climatique qui sera bientôt irréversible, face aux inégalités, aux injustices, aux divisions. Les Françaises et les Français devront dire ce qu’ils souhaitent pour leur pays, pour eux-mêmes et pour leurs enfants”, plante-t-elle en préambule de son discours de près d’une heure. La maire de Paris place aussi sa très probable candidature sous le signe du rassemblement. Elle promet aussi de faire du travail, de l’éducation et des services publics ses priorités. “Il est temps d’agir, parce qu’il y a, en France, dans le cœur de nos compatriotes, une envie. Une envie de travailler autrement, de vivre autrement notre rapport à la nature, à notre environnement, au vivant, à la santé, une envie d’envisager autrement l’école et d’apprendre réellement tout au long de sa vie. Une envie d’apaisement et d’avenir”, poursuit-elle.

Lire aussi : Anne Hidalgo à Villeurbanne lundi : Cédric Van Styvendael, le maire, se confie à Lyon Capitale sur la situation du PS

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut