A Lyon, Siné va semer sa zone

Vu le nombre de témoins et leur identité, les débats risquent d'être musclés. Les présences de Besancenot ou de Bernard-Henri Lévy, entre autres, sont cependant à prendre au conditionnel.

Avant que n'éclate "l'affaire Siné", ce dernier était tranquillement en cure dans une station pour obèse. Il venait de perdre 15 kilos et était en pleine forme. Ce qui au final ne lui a été d'aucun bénéfice puisqu'il a dû affronter l'énorme polémique générée par sa fameuse chronique publiée dans Charlie Hebdo incriminant la conversion supposée de Jean Sarkozy au judaïsme. La Licra poursuit Siné pour "incitation à la haine raciale". Mais il devra également répondre d'une autre chronique, toujours dans Charlie Hebdo, publiée le 11 juin cette fois-ci. Comme le dessinateur tape sur tout ce qui incarne de près ou de loin la religion, il avait eu ces mots quelque peu fleuris sur les femmes voilées : "Plus je croise les femmes voilées qui prolifèrent dans mon quartier, plus j'ai envie de leur botter violemment le cul ! J'ai toujours détesté les grenouilles de bénitier catholiques vêtues de noir, je ne vois donc pas pourquoi je supporterais mieux ces patates à la silhouette affligeante et véritables épouvantails contre la séduction !". Vu ses mots, Siné pourrait être poursuivi par les trois religions du Livre à Lyon !

Devant la 6e chambre du tribunal correctionnel de Lyon, Siné compte bien se défendre puisqu'il a prévu pas moins de 30 témoins. S'il reviendra à la justice lyonnaise de trancher le fond de l'affaire les 27 et 28 janvier prochains, celle-ci aura au moins révélé à Siné combien les amitiés sont friables dans son métier. Pour certains, Siné était encore l'un des rares auteurs de Charlie Hebdo à critiquer ouvertement Philippe Val, le directeur du journal. "Sur un tas de trucs, on s'accrochait. J'étais vraiment un pestiféré".
Charb et Cavanna
Mais plus surprenante a été la quasi-absence de réaction des autres satiristes de la rédaction de Charlie. Charb et Cavanna, les caricaturistes historiques de l'hebdomadaire, n'ont pas soutenu Siné. Pire, ils ont adressé bien plus de griefs à leur camarade qu'à Val. Dans des chroniques publiées le 30 juillet dans Charlie, Cavanna juge que l'affaire est une "plaisanterie, certes dangereuse mais occasionnelle de Siné" et estime que "Siné a fait le con", quand Charb trouve que "tous les protagonistes de cette histoire ont dû sérieusement merder (moi aussi)".

Pas rancunier, Siné n'en veut ni à l'un, ni à l'autre, mais les plaint plutôt : "Cavanna le pauvre, il est esquinté. Il a 86 ans, pas de pognon. Charlie, c'est un peu son enfant, il trouve que c'est parti en couille, donc il est triste. Mais Charb, lui, il est en pleine forme. Il m'a chié dans les bottes, mais c'est un arriviste. Il a envie d'y arriver, de faire son trou à Charlie". D'ici à ce que Cavanna et Charb lui fassent un procès...

Lire aussi : Siné déconne ! lien

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut