A Lyon, Laurent Wauquiez demande au gouvernement le déploiement des purificateurs d'air dans les lycées

Après la validation d'une étude scientifique du laboratoire VirPath de l'Inserm, le président (LR) de la région Auvergne-Rhône-Alpes sollicite le ministre de l'Education nationale pour équiper toutes les classes de purificateurs d'air.

Une étude vient de démontrer l'efficacité des purificateurs d'air équipés de filtres HEPA. Cette étude, commandée et financée (184 000 euros) par la région Auvergne-Rhône-Alpes, a été menée par la plateforme de recherche technologique VirNext, créée au sein du laboratoire de virologie et pathologie humaine (VirPath), co-dirigé par le Dr Manuel Rosa-Calatrava et le virologue lyonnais Bruno Lina, membre du Conseil scientifique mis en place par le chef de l'Etat dans la gestion de l'épidémie de Covid-19 en France.

Le laboratoire VirPath a participé à la fabrication et à la culture d’une grande quantité de particules de Covid-19 qui ont permis aux chercheurs de VirNext de conduite l'étude.

Les résultats, présentés ce lundi lors d'une visite d'une délégation régionale à Lyonbiopôle - le pôle de compétitivité mondial santé d'Auvergne-Rhône-Alpes -, ont montré une efficacité supérieure à 99 % des filtres HEPA sur le Covid-19 (0,1 micron) - 99,26 % pour le filtre H13 et 99,85 % pour le filtre H14 pour être très précis.

L’étude a également révélé qu'une fois piégées, les particules de Covid-19 résistaient environ 48 heures, avant de disparaître. Une donnée nouvelle et  importante qui permet d'assurer la maintenance des filtres, sans risque de contamination des manipulateurs.

Le filtre H13 laisse passer 50 particules de 0,1 micron par litre d'air, tandis que le filtre H14 ne laisse passer que 5 particules de 0,1 micron par litre d’air. C'est ce dernier que la Région utilise très majoritairement dans les purificateurs d’air qu’elle déploie.

"Un extraordinaire signal d'espoir"

Pour Laurent Wauquiez, cette étude valide la pertinence de son choix d'équiper les lycées de la région de purificateurs d'air pour lutter contre l'épidémie de Covid-19. Mi-octobre dernier, le président (LR) d'Auvergne-Rhône-Alpes avait annoncé le déploiement de purificateurs d'air dans les établissements scolaires de la région, via un investissement de 10 millions d'euros - 5 millions d’euros pour équiper les lycées (565, privés et publics) et 5 millions d’euros pour aider les communes à équiper leurs écoles et les départements à équiper les collèges.

2 500 purificateurs sont aujourd'hui déployés dans 285 lycées et dans 189 communes pour leurs écoles en Auvergne-Rhône-Alpes.

"Tout cela est un extraordinaire signal d’espoir dans le cadre de la réouverture des restaurants et salles closes, a expliqué Laurent Wauquiez. Grâce à cette étude, une première en Europe, que nous avons financée, nous mesurons tout l’intérêt que revêt cet outil dans la lutte contre le Covid-19. Cela nous conforte pour intensifier nos investissements afin de protéger nos élèves mais nous allons aussi nous appuyer sur cette étude pour demander d’urgence au ministre de l’Education nationale un plan de déploiement."

Lire aussi : Près de Lyon, Tassin équipe ses écoles et ses crèches de purificateurs d'air

2 commentaires
  1. Pije - lun 15 Mar 21 à 15 h 54

    Dommage que cet article ne soit pas plus technique pour comprendre le mode de fonctionnement de ces appareils.
    Ici on ne parle que de leur efficacité de filtration et de de la durée de vie du virus sur le support une fois qu'il est capté.
    Il aurait été intéressant de savoir :
    * quel est le taux de renouvellement d'air dans une pièce (une classe) pour diminuer de manière sensible le risque de contamination lors de l'occupation de la pièce et si le nombre de personnes présentes change ce taux
    * quel est le devenir de l'air filtré : recyclage dans la pièce pour éviter une déperdition thermique importante
    Si une personne à des informations plus précises merci de le faire savoir

    Signaler un commentaire inapproprié
  2. Benjamin69 - lun 15 Mar 21 à 23 h 46

    Mouais, et si c'était pour nous faire oublier son clientélisme électoral dont Mediapart s'est fait l'écho la semaine dernière justement ?

    Signaler un commentaire inapproprié

Laisser un commentaire

Faire défiler vers le haut