L'aéroport Lyon Saint-Exupéry extension T1

Privatisation de l’aéroport : les entreprises veulent être associées

La Chambre syndicale du transport aérien (CSTA), le Board of Airlines Representatives et l’Association internationale du transport aérien ont fait savoir hier qu'ils souhaitaient être associés au processus de privatisation de l’aéroport de Lyon.

Tandis que les appels d'offres pour la privatisation de l'aéroport de Lyon ont été publiées la semaine dernière, trois associations de compagnies aériennes présentes en France se sont exprimées dans un communiqué commun. Elles craignent une "limitation des investissements nécessaires au développement du trafic" et regrettent que les appels d'offres "ne tiennent pas compte des contraintes et des besoins des compagnies desservant les aéroports".

Il y a plusieurs mois, les collectivités locales, Gérard Collomb en tête, avaient réclamé à Bercy d'être consultées sur le projet de cahier des charges de la cession des 60 % des parts de l'aéroport détenues par l'Etat. Une demande entendue, puisque les collectivités locales resteront propriétaires de 40 % des parts de l'aéroport. Au moment où les appels d'offres sont publiés au Journal officiel, les entreprises aériennes présentes en France, via leurs associations, souhaitent elles aussi être associées au processus.

à lire également
L'annonce d'un possible référendum d'initiative partagée sur la privatisation du groupe Aéroports de Paris a été accueillie favorablement par les riverains de l'aéroport Saint-Exupéry qui contestent la vente de celui-ci à Vinci depuis 2017.
Faire défiler vers le haut