Aéroport
©ERIC CABANIS / AFP

Privatisation de l’aéroport : le référé-suspension examiné mardi 3 mai

Le 6 avril dernier, l’Association contre l’extension et les nuisances de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry (ACENAS) déposait un référé-suspension devant le Conseil d’État afin d’arrêter sa privatisation. L’audience est fixée le 3 mai à 15 heures.

Mardi 3 mai, à 15 heures, le référé-suspension déposé par l’Association contre l’extension et les nuisances de l’aéroport de Lyon Saint-Exupéry (Acenas) sera examiné, au Conseil d’État, au Palais Royal à Paris. L’association espère stopper la vente des 60 % de l’aéroport appartenant à l’État. Il a mis en vente ses parts le 10 mars dernier à des investisseurs privés, pour un prix estimé à un milliard d’euros.

Pour les riverains regroupés au sein de l’Acenas, cette vente engendrerait des nuisances aériennes, routières et ferroviaires. Ils dénoncent également qu’aucune protection concrète n’est prévue pour les habitants. En effet, le cahier des charges prévoirait un doublement du trafic aérien à 20 millions de passagers et la création d’une zone de fret pour le sud de l’Europe. "Un développement ne peut être harmonieux s’il sacrifie une partie de la population", dénonçait l’Acenas.

Demain, lord de l’audience, le juge des référés entendra les deux parties. L’Acenas sera représentée par Évelyne Lavezzari, la présidente, et son avocat, Me Étienne Tête. Tandis que le Ministère de l’Économie et des Finances et l’Agence des Parts de l’État représenteront l’État français.

à lire également
De la fumée a été détectée autour d'un avion ce jeudi matin à l'aéroport de Lyon-Saint-Exupéry. Mais plus de peur que de mal au final. L'avion a pu prendre son envol normalement, après des vérifications.
Faire défiler vers le haut