OL Land : Aulas tacle Hamelin et s’accroche à son projet

Exclusif - Jean-Michel Aulas évoque pour Lyon Capitale le dossier OL Land. Le président de l’OL n’a guère apprécié les propos de Emmanuel Hamelin qui souhaite que le Grand stade se fasse à Gerland.

Lyon Capitale : Certains élus persistent et signent, à l’image d’Emmanuel Hamelin, en disant que Gerland peut être agrandi...

Jean-Michel Aulas  : Quelques opposants politiques ont en fait un chemin de bataille pour se faire connaître, il n’y avait vraiment que ceux qui étaient inconnus sur la zone de Saint-Priest pour être contre (Jean-Michel Aulas fait allusion à Philippe Meunier, député UMP, NDLR). J’ai bien compris que plus on parlait de l’OL Land, plus ils étaient contents car ils se faisaient connaître. Mais au fond, ils n’ont aucun argument. Quant à Emmanuel Hamelin, je suis assez surpris, car on ne l’a pas vu depuis longtemps à Gerland et à un moment donné, il était dans l’entourage de Dominique Perben avec qui j’ai présenté le dossier de Décines au ministère Je sais aussi que Michel Havard a lui aussi convenu que c’était impossible d’agrandir Gerland. Contrairement à Emmanuel Hamelin, il connaît parfaitement le dossier. Imaginez bien qu’on a tout étudié et que si on avait pu transformer Gerland, ça aurait la meilleure solution pour l’OL ! Si on ne l’a pas fait, ce n’est pas qu’on soit devenu maso du jour au lendemain mais que ce n’était pas possible. Si on avait voulu faire des travaux à Gerland, pendant deux ans, l’OL aurait joué où ? A Saint-Étienne, à Grenoble ? Soyons sérieux une seconde ! Ça me fait sourire qu’Emmanuel Hamelin puisse tenir un tel discours, car visiblement lui aussi, il a imaginé un jour être maire de Lyon, et il croit mieux faire que Gérard Collomb. Les gens qui s’opposent à Collomb prennent des options d’opposants. on sait très bien que l’opposition systématique n’a jamais permis à l’intérêt général de se développer.

Visiblement, le fait que stade de Décines ne se fasse pas est une véritable option aujourd’hui ?

Les réserves ont toujours été édictées, elles sont boursières. Cela n’a rien à voir avec un changement d’avis ou une évolution de la situation. Aujourd’hui, l’ensemble des travaux avec les architectes a été lancé. On a investi une première phase d’études de près de dix millions d’euros. Là on vient de lancer la phase professionnelle qui représente une vingtaine de millions d’euros pour l’Olympique Lyonnais. De leur côté, les collectivités locales et l’Etat avancent les dossiers de manière positive. Même si on nous prédit un certain nombre de difficultés, les choses avancent plutôt bien. On participe aussi beaucoup à la mise en œuvre de la candidature de la France à l’Euro 2016. Si le 28 mai la France est choisie, ça accéléra notre dossier plutôt que ça ne le retardera.
Vous devez toujours faire face à de virulents opposants, comme ceux de Meyzieu, où la dernière réunion publique a été particulièrement agitée. Comment pouvez-vous rester optimiste ?

Je ne suis pas optimiste, je suis serein. Je me suis rendu à Meyzieu, la commune de Michel Forissier qui est un homme raisonnable et raisonné. Je crois d’ailleurs, qu’il va annoncer prochainement en marge du dossier OL Land, toute une série de développements commerciaux sur sa commune. Je me suis rendu à cette réunion publique, c’est vrai qu’il y avait beaucoup d’opposants qui faisaient énormément de bruit et qui, visiblement, étaient des professionnels de l’obstruction. Quand on n’a pas l’habitude, ça surprend (sourire). Il y avait aussi et c’était formidable, une opposition avec une jeunesse qui demandait un OL Land et qui souhaitait bénéficier des emplois qui vont être créés. Et sans que cela soit péjoratif, ils étaient face à des aînés ou à des retraités qui défendaient une position plus sectaire, sans qu’il y ait d’argumentation. Comme je l’ai déjà exprimé, les trois points forts du dossier sont l’accessibilité qui est bien meilleure que celle de Gerland, le développement durable qui est exemplaire, d’ailleurs le ministère de l’écologie veut en faire un site pilote car nous avons beaucoup investi sur toutes les technologies vertes. Et puis le troisième point qui est important, c’était de démontrer aux résidents locaux, qu’on allait s’opposer au stationnement sauvage. On a expliqué les choses mais force est de constater que les opposants n’écoutent pas. Mais j’étais très étonné de voir que la salle était partagée. Et que les jeunes du secteur sont favorables à OL Land car cela leur donne des perspectives d’avenir. Dans quelques jours, on va se rendre à l'Allianz Arena du Bayern Munich et j’invite tous les opposants à venir se rendre compte de ce qu’est un stade moderne qui a réglé tous les problèmes d’accessibilité et d’environnement. Un stade peut être la meilleure des choses, et non la pire. Cela existe en Allemagne, en Angleterre, pourquoi on ne ferait pas mieux en France ?

à lire également
Xi Jinping, le jour du vote de la nouvelle Constitution chinoise – Pékin, 11 mars 2018 © Greg Baker / AFP
Dans cette tribune libre, les chercheurs Jean Ruffier et Rigas Arvanitis questionnent le pouvoir économique du nouvel homme fort chinois, qui se compare à Mao Zedong et utilise les mêmes formes d’exercice du pouvoir (culte de la personnalité, contrôle politique et répressif de l’opinion publique et intellectuelle et des voix discordantes). Venu au pouvoir au nom de la lutte contre la corruption, Xi Jinping saura-t-il satisfaire les citoyens du nouveau géant économique mondial qu’est devenue la Chine ?
48 commentaires
  1. webmaster - 4 mai 2010

    Une erreur de ma part.Excusez nous

  2. Cybertarien - 6 mai 2010

    Je suis assez d'accord avec danos, si Aulas veut son stade, il n'a qu'à payer ! mais faut pas rêver, quand on peut se faire subventionner par l'argent des contribuables, il a raison de ne pas se gêner ! Surtout que nos élus ne seront pas à un gaspillage près par clientèlisme !

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut