Mobilisation cours d’Herbouville pour sauver les places de parking

Alors que la municipalité du 4e arrondissement de Lyon souhaite supprimer 50 % du parc de stationnement du cours d'Herbouville, les riverains de la voie située sur les quais en bas de la colline de la Croix-Rousse se mobilisent pour conserver leurs places de parking.

Le réaménagement du cours d'Herbouville fait l'objet d'une concertation depuis plusieurs années. Depuis peu, les commerçants et plus de 200 foyers du cours, situé entre collines et Rhône, s'inquiètent du plan proposé par la municipalité de supprimer la moitié des places de parking. "On passerait de 370 places à moins de 180. Le soir, les gens ne pourront plus se garer et ça serait un bordel monumental", s'insurge Maxime d’Epenoux membre du collectif de défense des usagers du cours d’Herbouville.

"Une rencontre située non loin du parc de la Tête d'Or n'aura aucune utilité"

"Le maire du 4e arrondissement, David Kimelfeld veut créer une zone de rencontre végétalisée au nord du cours d'Herbouville. Cette zone de rencontre située non loin du parc de la Tête d'Or n'aura aucune utilité. Qui ira se balader là plutôt qu'au parc ? Il va juste supprimer des places de parking pour une zone qui ne sert à rien", a poursuivi cet habitant du cours.

Selon lui : "Des commerçants et habitants ont déjà annoncé qu'ils veulent partir. Parce qu'ils n'auront plus de places de stationnement. On est entre le fleuve et la colline. Donc le souci est purement pratique parce que l'on ne peut pas se garer plus loin. Il y a le sentiment de frustration et la sensation de s'être fait rouler dans la farine."

Une sensation accentuée par les différentes rencontres que le collectif a eues avec la municipalité. La modification des voies de bus et la création de pistes cyclables avaient d'ailleurs été actées. "Des rencontres qui se sont plutôt bien passées, relate Maxime d’Epenoux. Ça fait plusieurs années qu'il y a un projet d’aménagement du cours d'Herbouville qui est une autoroute un peu urbaine et pas très sexy. L'été dernier on a été convoqué à la mairie pour la présentation des différentes options. Dont une qui prévoyait de supprimer 50 % du stationnement. On s'était prononcé pour un maintien du parc de stationnement actuel. Mais un mois plus tard, on a appris qu'ils avaient choisi la pire solution."

"On ne demande rien de fou"

En effet, le 25 juillet dernier après avoir rencontré les riverains, David Kimelfeld a écrit une lettre à Gilles Vesco, que nous nous sommes procuré, où il a indiqué "que les échanges avec les habitants et usagers du Cours ont permis de révéler tous les atouts de cet axe structurant pour notre ville et notre métropole et des souhaits d'aboutir à […] une rationalisation du stationnement avec un passage en zone payante". Un passage en zone payante qui n'est pas contesté par les riverains contrairement à la rationalisation. Dans cette lettre l'adjoint au maire de Lyon pousse aussi fortement pour la solution en faveur de la suppression de 50 % du parc de stationnement. "Je souhaiterais que l'hypothèse 3 soit examinée avec attention", écrit-il.

Le collectif rencontrera David Kimelfeld en fin de semaine prochaine pour essayer de faire entendre leur voix et faire changer d'avis le maire du 4e arrondissement. "On ne demande rien de fou. Juste de s'en tenir a ce qui a été fait à l’époque". Si ça ne se fait pas ? "On ira voir la métropole pour faire pression", prévient Maxime d’Epenoux. Contactée, la mairie du 4e arrondissement n'a pas été joignable.

à lire également
Interview - Lors d'une réunion de la commission générale du Sytral sur la rupture du contrat Rhônexpress, le maire de Lyon, Gérard Collomb a une nouvelle fois plaidé pour une médiation. Le président de la métropole David Kimelfeld, qui souhaite la fin de la concession, a aujourd'hui le sentiment que certains "cherchent à gagner du temps".
4 commentaires
  1. La ville à vélo - 17 octobre 2016

    L'article est incomplet : l'objectif n'est pas de 'supprimer des places de parking' mais bien de créer une continuité cyclable, permettant se déplacer à vélo en sécurité là où aujourd'hui on slalome entre de mortelles caisses de métal (c'est pourquoi la majorité, bien légitimement, renonce et choisit de se protéger soi-même par une lourde carrosserie).Le cours d'Herbouville est un maillon essentiel du réseau vélo, figurant au plan modes doux depuis 2009 comme 'à aménager avant 2020'. Lorsqu'il sera aménagé il permettra à des milliers de personnes de se déplacer chaque jour à vélo, comme ce fut le cas à chaque création d'axe cyclable à Lyon. Le bilan global est positif pour les automobilistes : plus de vélos= moins de voitures=plus de places libres pour ceux qui en ont vraiment besoin.

  2. vivreensemble - 18 octobre 2016

    Le collectif n'a aucun problème avec les voies cyclables, bien au contraire puisque de nombreux membres ont été acteurs dans ce projet de rénovation. Le seul volet inacceptable est la suppression complète de 100 places au nord rajouté au dernier moment sans concertation et sans aucun bénéfice pour les cyclistes comme automobilistes. Qui peut croire que créer une bande végétalisée de 5 m de large au milieu de 2x3 voies dans le bruit et la pollution et à 5 mn du parc soit une motivation sérieuse pour mettre une centaine de foyers dans la galère ??? Regardez la fréquentation du même équipement cours aristide briand qui ne sert qu'aux pigeons ! Les habitants ne se sont jamais opposés à la réduction des places contre une extension du payant. Mais dans une mesure raisonnée de l'ordre de 20%.

  3. herbouvillien - 19 octobre 2016

    Très cher la 'ville à velo' je suis comme beaucoup de monde et je me déplace en ville quasimment exclusivement à pied ou à vélo. Cependant il ne faut pas oublier que bon nombre de lyonnais ne travaillent pas sur Lyon, certains ont des enfants, d'autres sont âgés ..... Bref je vous envie de pouvoir vous passer de véhicule vous avec beaucoup de chance. Maintenant une concertation a été lancée et une opinion très largement majoritaire s'est exprimée consistant à accepter la mise aux normes du cours en gardant un niveau de stationnement permettant aux habitants de continuer à vivre chez eux ! Pour rappel il n'y a aucune solution pour se garer ailleurs ! au sud c'est le 1er, au nord Caluire, à l'ouest la butte et à l'est le Rhône et le 6e ....

  4. herbouvillien - 19 octobre 2016

    Avec cette décision qui relève plus du fait du prince que de la concertation les habitants du cours vont devoir aller se garer à des kilomètres à Caluire ou à Villeurbanne là où il existe des places de stationnement non payantes puis prendre des transports en commun pour rentrer chez eux et faire la même chose le matin ...... Tout ça pour une bande de béton avec des arbustes de 5 mètres de large au milieu d'une autoroute de 2 fois 3 voies où personne n'ira jamais ! Par contre la mise de piste cyclable est quelque chose de super mais qui n'a rien à voir cette suppression arbitraire et inutile de places de stationnement

Les commentaires sont fermés

Faire défiler vers le haut