picard

Menacée d’expulsion locative, elle se pend, à 70 ans

Une dame de 70 ans a été retrouvée pendue à son domicile de Vénissieux. Les fonctionnaires qui ont découvert son corps étaient venus pour l’expulser de son appartement.

Un drame de la solitude”. C’est en ces termes que la préfecture du Rhône parle du décès d’une Vénissiane de 70 ans, retrouvée pendue ce jeudi 25 avril, à son domicile. La vieille dame était sous le coup d’un arrêté d’expulsion depuis le 14 février dernier, qui devait être exécuté ce jour. Ce sont les fonctionnaires chargés de la mise en application de cet arrêté qui ont retrouvé son corps sans vie.

“La spirale de l’exclusion a fait une nouvelle victime”, juge Michèle Picard, la maire de Vénissieux. Une pression de trop pour une vie devenue insupportable. La première expulsion réalisée depuis la suspension de mes arrêtés, le 16 avril 2013, se termine par un suicide. Voilà l’atroce réalité de la détresse humaine et du désespoir”, appuie l’édile.

Cette expulsion avait été décidée le 6 octobre 2011. Le propriétaire de l’appartement que la dame occupait lui avait donné congé le 31 décembre 2010 pour le mettre en vente. “Plusieurs offres de logement de substitution avaient été faites et elles ont toutes été refusées, alors même qu’elles étaient situées dans le même immeuble”, précise la préfecture du Rhône.

Le concours de la force publique a été demandé au préfet par l’huissier le 19 juillet 2012. Il a été accordé le 14 février 2013, “alors que cette personne n’avait pas répondu aux convocations du commissariat pour faire le point de sa situation et n’avait donné suite à aucune demande de contact de la part des services sociaux”, relate la préfecture. “Elle avait été informée de cette décision. Appelée une nouvelle fois par les services sociaux, elle n’avait pas répondu.”

Du côté de la mairie de Vénissieux, on précise que la dame âgée n’était pas connue des services sociaux de la ville jusqu’à ce que l’arrêté d’expulsion soit pris. “Nos services avaient contacté cette personne par courrier, dès le 25 février, pour étudier les possibilités d’intervention auprès de son bailleur privé. Un rendez-vous avait été fixé, auquel elle ne s’est pas présentée. Si elle était inconnue de nos services jusque-là, sa situation isolée et fragilisée faisait l’objet d’un suivi par les services du conseil général et une mesure de protection était en cours”, explique Michèle Picard qui se dit “atterrée, révoltée et tourmentée”.

De son côté, Jean-François Carenco rappelle l'“important travail réalisé pour prévenir les expulsions locatives” et souligne que 85 % des demandes de concours de la force publique ne donnent pas lieu à une intervention des forces de l’ordre”. Avant d’ajouter que ce drame “impose un moment de réflexion et de fraternité. C’est, pour tous ceux qui ont été sur le chemin de ce drame, un choc profond.”

5 commentaires
  1. PERHAPS - 25 avril 2013

    une carencolade de plus ! lui il est en sécurité, bien nourri, bien payés, bien logé dans son logement de fonction, et une retraite qui lui permettra de payer ses loyers .... le summum de l'hypocrisie !

  2. franois - 25 avril 2013

    Dire qu'on gaspille notre argent à engraisser des élus et des hauts-fonctionnaires opportunistes et arrivistes, à entretenir des bureaucrates menfoutistes, dire que ces mêmes qui nous expliquent qu'ils n'ont pas d'argent pour le logement, pour l'accès à la santé, pour une éducation de qualité, etc... etc... on de l'argent pour leurs voyages, leurs frais de représentations, leurs cocktails, pour ouvrir des comptes en Suisse, leurs politiques clientèlistes, etc... etc...

  3. sorlac - 26 avril 2013

    Amagalme, amalgame quand tu nous tiens. Pourquoi illustrez-vous l'article par une photo des Minguettes ? Le quartier a beau être à Vénissieux, cette dame habitait route de Vienne à un trottoir de Lyon 8e. Puis vous savez c'est un drame de la misère, de celle que qui touchera de plus en plus, ce qu'on appelle pudiquement le 3e âge. Vous savez quand un pays n'a plus rien à faire des ses jeunes, de ses seniors, que reste-t-il ? Des individualistes et du chacun pour soi.

  4. dartagnan - 26 avril 2013

    lorsque le gouvernement agira VRAIMENT: il supprimera TOUS les logements de fonction attribués à des agents de la Fonction publique déjà très grassement rémunérés ( ex ville de LYOn et GRAND Lyon: DG, etc ...): pourquoi ont ils droit à de telles faveurs? les logements vacants seront alors reconvertis en logements sociaux pour TOUS

  5. Sophie_Lyon - 26 avril 2013

    Quelle gâchis ! l'administration n'a rien d'autre à faire ? pas d'urgenceS ? quel titre de gloire ! un huissier, la police pour une femme de 70 ans désespérée..... Quelle société !

  6. LYOCAL - 26 avril 2013

    Ce préfet devrait lancer un cri d'alarme sur Recommandation solennelle la ministre de l'écologie a rappelé les mesures à appliquer en cas de pic de polution: Ne pas utiliser les cheminées à bois ;limiter l'usage des véhicules ;réduire les vitesses sur voies rapides et autoroutes;Ne pas bruler de déchets verts La polluion DE L'AIR avec 42000 décés prématurés chaque année tue dix fois plus que les accidents de la route en France .Limiter la vitese des automobiles est insuffisant ,pendant que le chauffage au bois intervient pour 46 %.

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure


derniers commentaires
Faire défiler vers le haut