Lyon-Turin : Alain Vidalies pas d’accord avec la Cour des comptes

Alors que la Cour des comptes a souligné dans un rapport le caractère “très préoccupant pour l’équilibre futur des finances publiques” de la ligne Lyon-Turin, Alain Vidalies a estimé ce vendredi lors du comité régional Lyon-Turin que “le financement du tunnel transfrontalier [était] assuré”.

Lors du comité régional Lyon-Turin qui s’est tenu ce vendredi 9 septembre, Michel Delpuech a relayé le message d'Alain Vidalies, secrétaire d’État aux Transports, concernant le projet de ligne ferroviaire entre les deux villes française et italienne. Selon le Michel Delpuech, “le financement du tunnel transfrontalier est assuré. L'Europe y participera à hauteur de 40 %, l’Italie et la France y apportant respectivement 35 % et 25 %".

Un financement qui reposera “en partie sur un fonds spécifique, le fonds de développement d’une politique intermodale des transports dans le massif alpin (FDPITMA)”, a-t-il expliqué. Ce fonds pourra être aussi alimenté par d'autres sources de revenus, comme “les recettes des tunnels routiers du Fréjus et du Mont-Blanc”, ou “la mise en œuvre d’un sur-péage en zone de montagne, dans le massif des Alpes, sur le réseau autoroutier au titre de la directive Eurovignette”.

Un gouvernement pas sur la même ligne que la Cour des comptes

Une annonce totalement à rebours des préconisations de la Cour des comptes. Le 29 août dernier, la haute juridiction administrative financière avait rendu un rapport où elle estimait que les projets “de ligne Lyon-Turin et de canal Seine-Nord, dont l'intérêt et le financement d'ensemble ne peuvent se déduire de la seule hypothèse de cofinancement européen, paraiss[aient] largement hors de portée budgétaire, non seulement en 2019, mais également au-delà”. La Cour avait par ailleurs souligné “le caractère très préoccupant de cette perspective pour l’équilibre futur des finances publiques”.

Lors du comité régional Lyon-Turin, la France et l’Italie ont aussi signé des accords pour engager les travaux principaux du tunnel entre la France et l’Italie. “Les chantiers de reconnaissance sont en cours selon le calendrier prévu. Les travaux définitifs commenceront en 2017”, a annoncé la préfecture.

à lire également
Interview - Lors d'une réunion de la commission générale du Sytral sur la rupture du contrat Rhônexpress, le maire de Lyon, Gérard Collomb a une nouvelle fois plaidé pour une médiation. Le président de la métropole David Kimelfeld, qui souhaite la fin de la concession, a aujourd'hui le sentiment que certains "cherchent à gagner du temps".
Faire défiler vers le haut