Najat Belkacem a Decine © Tim Douet 153

Homosexualité : Najat Vallaud-Belkacem, l’étoile a pleuré rose (1)

Dans une interview au magazine Têtu, Najat Vallaud-Belkacem, ministre des Droits des femmes et porte-parole du gouvernement, affirme qu’il faut "passer en revue les manuels scolaires à propos de l’homosexualité". Et ajoute : "Ces manuels s’obstinent à passer sous silence l’orientation LGBT (lesbienne, gay, bi et trans) de certains personnages historiques ou auteurs, même quand cela explique une grande partie de leur œuvre comme Rimbaud".

Ou comment faire de la surenchère pour plaire aux associations adeptes d’un prosélytisme au ras des pâquerettes. Une fois encore, et cela a été inlassablement rappelé dans ces colonnes, il n’est pas question de verser dans quelque homophobie que ce soit. Mais il n’est pas question non plus de prétendre que les penchants et pratiques sexuels suffisent à expliquer la complexité et la richesse d’une œuvre (si tant est qu’une œuvre puisse intégralement "s’expliquer"). Réduire Rimbaud à son homosexualité est ainsi parfaitement imbécile.

Tout comme il est totalement idiot de nier ce fait historiquement avéré. Ce que ne font d’ailleurs ni les manuels scolaires, ni les professeurs. De ce point de vue, Najat Vallaud-Belkacem est vraiment mal renseignée. Ou bien, elle n’a pour seule et unique lecture que la rubrique de Michel Larivière dans Têtu, dont le titre conspirationniste n’est guère ambigu, On vous l’a caché à l’école.

Si l’on suit la logique de la ministre et de son nouveau mentor, il y aurait donc une sorte de sourd complot multi-séculaire, ourdi notamment par certaines autorités religieuses, avec la complicité coupable de l’Éducation nationale -Najat Vallaud-Belkacem cite "les groupes protestants" et menace, sans rire, de saisir la Miviludes (2)- dans le but de nuire aux lesbiennes, gays, bi et transsexuels… Cette fois, c’est certain, on nage en plein délire ! A moins qu’il ne s’agisse de lutter contre l’échec scolaire. Car pour Najat Vallaud-Belkacem, le monde est beaucoup plus simple qu’il n’y paraît. Et depuis l’Antiquité, bandes de crétins que nous sommes, nous n’avions toujours rien compris… Aussi, à tout vouloir compliquer hein.

Où il y a du gène, il y a du plaisir

Car il suffisait d’y penser : le gène de la créativité est tout entier contenu dans le slip, voire dans la culotte. Tout le reste n’est que propagande bourgeoise éhontée. On attend maintenant des militants LGBT de tous pays, pour lesquels Najat Vallaud-Belkacem affirme que "les ambassades françaises interviendront" dans le but de faire "reculer les discriminations en raison de l’orientation sexuelle" (sic), qu’ils réécrivent officiellement les manuels scolaires. Peut-être s’appuieront-ils sur les travaux de Freud. Nous aurions ainsi, pour la maternelle, les ouvrages du stade anal ; pour le primaire, ceux du stade phallique, suivis, pour le collège, des ouvrages de la période de latence. Et pour conclure, au lycée, nous aurions les magnifiques collections du stade génital.

Pour vendre cette formidable révolution culturelle sur tous les écrans de télé, le gouvernement pourrait faire appel à Philippe Lucas, l’ex-entraîneur de Laure Manaudou. On le verrait déambuler au bord d’une piscine, devant de jeunes éphèbes en maillot de bain et lancer, avec son côté délicat : "Écoutez-moi bien : direct programme c’est les mêmes programmes. En moins compliqué. Et puis c’est tout". Allez, on se jette à l’eau ? Comme Loana ! Du Simone de Beauvoir. Mais en moins compliqué. Maintenant qu’on sait que La princesse de Clèves c’est rien que des conneries…

(1) Poème sans titre de Rimbaud, recopié par Verlaine après le sonnet des Voyelles

L'étoile a pleuré rose au cœur de tes oreilles,

L'infini roulé blanc de ta nuque à tes reins

La mer a perlé rousse à tes mammes vermeilles

Et l'Homme saigné noir à ton flanc souverain.

(2) La Miviludes observe et analyse le phénomène sectaire, coordonne l’action préventive et répressive des pouvoirs publics à l’encontre des dérives sectaires, et informe le public sur les risques et les dangers auxquels il est exposé : www.miviludes.gouv.fr

5 commentaires
  1. Jean - 23 octobre 2012

    Rimbaud était un grand poète, on peut mettre ce qu'on veut dans ses textes. C'est ma magie de la poésie, qui permet des interprétations infinies, des variations subtiles et surtout qui touche au coeur. Et puis j'imagine les quolibets que subiront les élèves qui affirmeront un peu trop fort aimer la poésie de Rimbaud... C'est sur l'étude des grands textes qu'il faut travailler, l'apprentissage et la bonne maîtrise de la langue, qui permet d'en saisir toutes les nunaces. Le reste paraît superflu et démagogique.

  2. carine - 23 octobre 2012

    L'orientation sexuelle des un(e)s et des autres ne regarde personne. Tout comme l'orientation religieuse d'ailleurs cela relève de l'intime et comme son nom l'indique l'intime ne s'étale pas sur la place publique.*Moi je dis que pour lutter contre les discriminations envers les dyslexiques, on devrait lorsque l'on étudie Vinci ou Einstein et bien d'autres stipuler qu'ils étaient dyslexiques. Sauf que les dyslexiques ne sont pas une communauté.... Je haie le communautarisme!

  3. Sophie_Lyon - 23 octobre 2012

    L'orientation sexuelle, comme la religion doit rester dans la sphère privée; les personnes ne doivent pas être définie par leur sexualité, c'est idiot, oui ! On segmente de plus en plus la société, c'est inquiétant.

  4. Romain Vallet - 25 octobre 2012

    Bien qu'il se défende de toute homophobie, ce sujet incite décidément Didier Maïsto à la caricature... Vous déformez grossièrement les propos de la ministre, qui n'a jamais prétendu (encore heureux) que toute l’œuvre d'un artiste pouvait s'expliquer, encore moins par son orientation sexuelle. Mais l'intimité d'un écrivain influe forcément sur sa création, que vous le vouliez ou non. Une lectrice a écrit plus haut que 'l'orientation sexuelle, comme la religion [devait] rester dans la sphère privée', mais comment voulez-vous espérer comprendre les romans de Claudel, de Mauriac ou de Bernanos sans évoquer leur foi ? Il en va de même pour les poètes homosexuels : si vous ne savez pas que Shakespeare a écrit ses Sonnets pour un jeune homme dont il était amoureux, vous n'y comprendrez absolument rien... Ça n'a rien de 'superflu et démagogique' pour un professeur de l'apprendre à ses élèves ; c'est au contraire le B.A-BA de son métier que de leur donner les clefs pour appréhender une œuvre.

  5. Michael Jeaubelaux - 9 novembre 2012

    Bravo NVB, vous avez trouvé un nouveau filon pour vos copines!Après 'la mémoire Gay', vous venez de trouver un nouveau sujet de recherche 'l'orientation sexuelle des personnages historiques'Il faut absolument nommer d'urgence un Directeur de Recherches ou plutôt une Directrice,de préférence lesbienne et si possible d'une 'minorité visible'. Voilà que NVB a décidé que la sexualité devait devenir une identité! Donc public! Bientôt elle souhaitera que la mention 'hétéro,Homo, Bi ou trans soit inscrite sur nos cartes d'identité, et pendant qu'elle y est pourquoi pas la religion! Comme ça ce sera plus facile pour établir des quotas! Au fait NVB, vous êtes un personnage public, alors homo, hétéro,bi ? Et votre mari ? Et Gérard Collomb, hétéro, homo, bi ? Et Mme Parisot, homo ,hétéro,bi ? Et le Président de la SNCF, homo,hétéro, bi ? etc..Comment ça,ça ne me regarde pas ? Je suis parfaitement d'accord avec vous! Alors réflechissez avant de dire n'importe quoi!

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux

Nos BD
Faire défiler vers le haut