Clinique Val d'ouest
Capture écran google streetview

Écully : fin de la grève à la clinique du Val d’Ouest

Ce mercredi, le personnel d’entretien de la clinique était en grève afin de dénoncer leurs conditions de travail “alarmantes“. La direction de l’établissement a finalement répondu à leur appel en acceptant leurs revendications.

Ce mercredi matin dès 8h30, douze salariées (sous-traités par le groupe SAMSIC) de la clinique du Val d’Ouest se sont mises en grève. Une action forte ayant pour but de dénoncer leurs conditions de travail. C’est au son de casseroles, trompette et slogans entonnés par des agents de service hospitalier que la grève a débuté. Syndiquées à la CNT Solidarité Ouvrière, ces salariées ont décidé de se révolter face au manque d’effectif du personnel. Après quelques heures, une délégation a été reçue par la direction de SAMSIC. Pourtant, les avancées proposées n’ont pas semblé ravir les employées qui décident en fin de matinée de poursuivre le mouvement.

Augmentations de salaire, renforcement des effectifs et remplacement de matériel

Finalement, les douze grévistes auront eu raison de leur obstination. Dans l’après-midi, les négociations ont de nouveau été ouvertes. Satisfaites de l’entretien qu’elles ont eu avec leur employeur, les salariées ont par la suite décidé de lever le piquet de grève. “Cette fois, on a eu de vraies avancées. Mais on ne lui a pas laissé le choix !” s’est félicité Marie, suite aux négociations.

Au total, sept mesures ont été prises par la direction comme le renforcement des effectifs dès la semaine suivante, le passage des CDD en CDI. Une seule des revendications n'a pas obtenu de réponse définitive : l'obtention d'une prime de panier. En attendant la mise en place de ces nouvelles mesures, les grévistes et la direction devraient à nouveau se rencontrer la semaine prochaine, a annoncé le syndicat CNT Solidarité ouvrière.

à lire également
Ecole et périscolaire  © Tim douet_116
Les 25 postes supplémentaires d'enseignants en école primaire annoncés jeudi par l'inspecteur d'académie ne suffiront pas à faire face à l'augmentation du nombre d'élèves dans le Rhône selon le syndicat Force ouvrière, qui souligne que sur les 267 postes créés, 220 sont affectés au dédoublement des classes de CP et CE1 des zones prioritaires mis en place par le gouvernement d'Emmanuel Macron.  
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut