Ecole Victor Hugo
©A Patalacci

Collectif jamais sans Toit : “Collomb s’en fout”

René Datry est l’invité de L’Autre Direct, ce mercredi 17 décembre. Cet ancien enseignant est membre du collectif Jamais sans Toit. Celui-ci dénonce la présence à Lyon de familles sans logement, dont les enfants sont scolarisés dans des établissements publics.

Depuis plusieurs semaines, un collectif regroupant essentiellement des parents d'élèves s'est formé pour dénoncer les conditions de vie de jeunes enfants scolarisés dans plusieurs établissements scolaires à Lyon. Il veut mobiliser les pouvoirs publics au sujet de l'hébergement, réclamant un toit pour ces familles démunies.

Parmi les écoles concernées : Victor-Hugo (Lyon 1er), Paul-Painlevé (3e), Gibert-Dru (7e) et Jean-Giono (8e), mais aussi l'école Alix à Perrache.

à lire également
L'autre direct reçoit Marie Brassier de Switch Collective Lyon. Et si vous changiez de vie en trouvant un nouveau travail ou en cherchant plus de sens dans l'actuel ? Avec le programme "Fais le bilan calmement", la start-up Switch Collective va plus loin qu'un simple bilan de compétence. Dans un monde où le bien-être au travail et […]
5 commentaires
  1. juanpaolo - 17 décembre 2014

    Et si on voyait la bonne vidéo plutôt que les rushs ce serait pas mal !

  2. Anthony Harel - 18 décembre 2014

    Premièrement, notons qu'il ne s'agit pas de 'simples' enfants sans toit, mais des personnes pour la plupart issues de la communauté Rom. Deuxièmement, cette association organise un acte délictueux en occupant les gymnases de ces écoles afin de loger ces familles, et se permet de distribuer des tracts collés dans les cahiers de correspondance des élèves. Ce principe de prosélytisme condamnable.Dès lors, cette occupation/propagande ne doivent pas être toléré et on se doit d'être ferme ici.

  3. la realité en face - 24 décembre 2014

    Collomb a raison! Les enfants de personnes illégalement présentes en France ne devraient pas pouvoir s'inscrire dans nos écoles! Un structure specialisée devraient les prendre en charge au frais de leur pays d'origine en attenadant leur renvoi dans leur pays! Ces gauchos qui se servent des gosses pour leur cause devarient avoir honte! LePréfet il a bien fait de demander au Diocèse, de les héberger (j'espère aux frais des donneurs de leçons de morale!) Les faux bons samaritains ça suffit!

  4. Collombitude - 30 décembre 2014

    Triste ces commentaires, les pauvres, les laisser pour compte, jalousent leurs semblables avec la bénédiction du parti du peuple (????). Ils recherchent les boucs émissaires, non pas chez ceux qui les exploitent, délocalisent l'emploi, mais chez l'étranger plus malheureux qu'eux. Il n'y a plus de honte à haïr, il n'y a que de la haine, ces gens là ont-ils fréquenté l'école de la république? La France est en décadence, économique, morale, cela fait peur: les années 40!

  5. stivostine69 - 30 décembre 2014

    En fait, la plupart des personnes adhérentes a ces associations sont des personnes qui refusent de faire des choix, un peu comme des enfants.Or, avec 58% du PIB redistribuer par l'etat, on est au maximum de ce que l'on peut redistribuer, des choix s'imposent.Ainsi, oui il faut choisir entre aider les Roms et leur fameux desir d'integration, ou aider les handicapés français, ou aider les gens qui s'occupent des handicapés souvent payer moins de 5E/h reel (on carotte les temps de transport).

Les commentaires sont fermés

d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires

réseaux sociaux
Faire défiler vers le haut