La vitrine et la spécialité de Tourtiller, le saint-pothin © Tim Douet (montage LC)
La vitrine et la spécialité de Tourtiller, le saint-pothin © Tim Douet (montage LC)
Article payant

Tourtiller, la pâtisserie historique de Lyon

La maison, fondée en 1963, fut longtemps la pâtisserie incontournable des Lyonnais. Aujourd’hui reprise par une famille de pâtissiers renommés d’Orléans, Tourtiller reste une adresse d’exception. Notre “grande maison” lyonnaise de juin.

Tour-ti-ller. Trois syllabes, dont la première toupine et les deux dernières fusent, laissant derrière elles un écho sonore doux et parfumé. Tourtiller, gravé en lettres d’or sur des entremets aux noms suggestifs : saint-pothin, lyautey, vendôme, sphinx, pain de Gênes, carré Foch… À une époque, on avait coutume de dire que, si les Lyonnais montaient à Paris manger une religieuse chez Stohrer1, les Parisiens descendaient à Lyon se régaler d’un saint-pothin chez Tourtiller.

Le saint-pothin... nancéen

Il vous reste 87 % de l'article à lire.
Article réservé à nos abonnés.

Connectez vous si vous êtes abonnés
OU
Abonnez-vous

à lire également
Les fameux palets de la maison Palomas © Tim Douet
Vices, purs sévices. Palomas, le saint des saints des délices d’initiés. L’adresse, bien que centenaire, est pourtant l’une des moins connues de Lyon, sauf des “bons Lyonnais”, qui se passent le mot de génération en génération.
d'heure en heure
d'heure en heure

derniers commentaires
Faire défiler vers le haut